•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le lion du Zoo de Saint-Édouard est mort de « causes naturelles », selon la SPCA

Le propriétaire du Zoo de Saint-Édouard-de-Maskinongé, Normand Trahan, avec un bébé lion blanc.

Le propriétaire du Zoo de Saint-Édouard-de-Maskinongé, Normand Trahan, avec un bébé lion blanc.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Radio-Canada

La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de Montréal a réagi aux informations dévoilées lors d'une audience jeudi au palais de justice de Trois-Rivières dans le dossier du Zoo de Saint-Édouard.

Le propriétaire du zoo, Normand Trahan, fait face à des accusations criminelles de cruauté envers les animaux depuis la saisie de son zoo, en mai dernier.

La SPCA a publié des détails sur les circonstances de la mort de 16 animaux depuis qu'elle en est responsable, l’été dernier.

En ce qui concerne le lion âgé de 4 ans, mort en juillet dernier, l'animal en question serait mort de causes naturelles et aurait bénéficié de soins d’urgence prodigués par une équipe vétérinaire de spécialistes en médecine zoologique.

La SPCA évoque une condition naturelle intraitable et affirme avoir informé périodiquement Normand Trahan des réserves d’animaux.

L’organisme soutient aussi avoir transmis au propriétaire du Zoo de Saint-Édouard le dossier médical du lion, son rapport de nécropsie ainsi que les photos et les vidéos des interventions d’urgence le 1er novembre dernier, avec l’intégralité des dossiers médicaux de l’ensemble des animaux.

L'avocat de Normand Trahan, Me Michel Lebrun, estime que la divulgation de ces informations devrait se faire au moment des faits.

[On a l'information] plusieurs mois après les événements; ça nous empêche de faire toutes vérifications que ce soit sur la cause des décès ou de faire des contre-expertises, et ça nous force à nous contenter de la seule version de la SPCA, déplore-t-il.

41 animaux nés depuis la saisie

La SPCA a par ailleurs déposé une requête en vue de lui permettre de stériliser certains des 250 animaux dont elle détient la garde depuis le mois de juin.

Cette demande vise, soutient l’organisme, à assurer une saine gestion de la population tout en maintenant l’intégrité des groupes sociaux, et donc le bien-être des animaux.

Quarante et un animaux sont nés depuis le début de la perquisition au Zoo de Saint-Édouard, qui a commencé en mai 2019.

Les procédures entourant la requête pour stérilisation de la SPCA ont été reportées au 24 janvier.

L’enquête préliminaire dans le dossier de Normand Trahan doit commencer le 12 mars 2020 au palais de justice de Trois-Rivières.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !