•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux maisons des aînés pourraient voir le jour à Gatineau

Image d'une maquette.

Les corridors des maisons des aînés ne ressembleront pas à des corridors d'hôpitaux, promet la ministre Marguerite Blais.

Photo : MSSS

Radio-Canada

Il y aura potentiellement deux maisons des aînés à Gatineau, selon les informations communiquées, jeudi, par le cabinet de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants du Québec, Marguerite Blais.

Les maisons des aînés sont un nouveau concept d'établissements devant accueillir 2600 bénéficiaires des services en matière d'hébergement et de soins de longue durée à l'échelle provinciale d'ici 2022.

Elles sont présentées comme des logements à dimension humaine avec plusieurs unités de 12 résidents. Selon le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais, ces habitations pourraient accueillir entre 70 et 130 personnes chacune dans la région, soit 6 à 10 unités par maisons.

Les organismes pour aînés se réjouissent de la construction de ces maisons. Elles pourraient ainsi soulager le manque d’hébergement pour aînés dans la région, alors que 148 personnes sont toujours en attente d’une place en CHSLD.

On est contents que la région de l'Outaouais va être soulagée d’une partie du besoin des aînés d’être hébergés en centre d’hébergement pour personnes âgées, explique Marc Desjardins, directeur général de la Table de concertation des aînés et retraités de l’Outaouais (TCARO).

La maison des aînés a un nouveau modèle de soins et de services qui répond parfaitement à un besoin pour la région ici.

Une citation de :Marc Desjardins, directeur général de la TCARO

Toutefois, plusieurs redoutent le manque de main-d’oeuvre qui est déjà criant dans la région. C’est bien beau la maison des aînés, mais c’est le personnel soignant qui va y avoir, déplore la présidente de la FADOQ Outaouais, Pauline Leblanc. On a de la misère à avoir des gens dans tous les domaines, que ce soit la restauration, la santé.

M. Desjardins se veut plus optimiste et espère que la construction de ces maisons plus communautaires attirera du personnel. Peut-être que ça peut attirer des jeunes à aller dans la profession pour pouvoir donner des soins et des services aux aînés, indique-t-il.

La cour intérieure comporte des plantes et des arbres.

Une maquette de la cour intérieure d'une future maison des aînés (archives).

Photo : MSSS

Une maison pourrait voir le jour à l’est

Le 17 décembre dernier, la Société québécoise des infrastructures (SQI) a publié un avis d'intérêt signalant qu'elle était à la recherche d'un terrain entre le secteur de Masson-Angers et le boulevard Lorrain, dans l'est de Gatineau, pour construire une future maison des aînés.

Or, le député de Pontiac et porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé, André Fortin, se demande pourquoi le secteur de Hull-Aylmer n'est pas pris en considération. Ses questionnements ont notamment été publiés dans le journal Le Droit, jeudi.

La circonscription de Gatineau est représentée par le caquiste Robert Bussière, alors que celle de Hull est détenue par la libérale Maryse Gaudreault.

Contacté à ce sujet par Radio-Canada, le cabinet de la ministre des Aînés et des Proches aidants a précisé qu'une maison des aînés verra aussi le jour dans l'ouest de Gatineau.

L’avis d’intérêt de la SQI est l’un des moyens utilisés pour identifier les terrains sur lesquels pourraient être construites les maisons des aînés. Le [ministère de la Santé et des Services sociaux] étudie également les terrains dont le réseau [de la santé] est déjà propriétaire, les terrains non utilisés qui appartiennent à d’autres organismes (ex : ville ou autre ministère), a indiqué l'attachée de presse Marjaurie Côté-Boileau.

Cette précision ne satisfait pas pleinement le député Fortin. C'est positif qu'il en ait un dans l'est et un dans l'ouest, mais on n'a toujours pas vu les données qui nous disent où sont les besoins. Peut-être y a-t-il des besoins dans le nord, peut-être y a-t-il des besoins dans le secteur des collines [de l'Outaouais], peut-être y a-t-il des besoins dans les MRC rurales, a-t-il jugé.

M. Fortin estime qu'un plan global concernant les soins de longue durée dans la région doit être rendu public avant que soient publiés des avis d'intérêt pour des terrains en particulier.

Avec les informations de Roxane Léouzon et de Mama Afou

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !