•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Négociations au point mort entre le gouvernement Ford et les enseignants catholiques

Le ministre de l'Éducation de l'Ontario, Stephen Lecce, sort d'un bureau en se pinçant les lèvres.

Le ministre de l'Éducation de l'Ontario, Stephen Lecce, critique la décision du syndicat.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada

Les discussions entre le gouvernement provincial et l’Association des enseignantes et des enseignants catholiques anglo-ontariens (OECTA) ont pris fin après seulement une demi-journée, alors que les négociations étaient initialement prévues jusqu’à vendredi soir.

Les enseignants catholiques de l’Ontario seront ainsi en grève du zèle à partir de lundi, jusqu’à ce qu’une entente de principe soit conclue entre toutes les parties.

Le personnel enseignant catholique ne remplira pas les bulletins scolaires, ne participera pas aux activités de l'Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) et ne participera pas aux initiatives du ministère de l'Éducation.

Mauvaise journée pour les négociations

Notre Association a pu travailler avec les conseils scolaires catholiques pour progresser sur de nombreuses questions importantes, mais jusqu'à présent, le gouvernement n'a pas joué un rôle constructif, a déclaré la présidente de l'OECTA, Liz Stuart, par voie de communiqué jeudi après-midi. Le gouvernement a été clair sur le fait qu'il n'a pas l'intention de reconsidérer ses coupes imprudentes et impopulaires.

En réponse à la nouvelle, le ministre de l’Éducation Stephen Lecce a déclaré que des moyens de pression comme le retrait partiel de certains services, notamment le Test de mathématiques de l'OQRE et les bulletins scolaires, les syndicats causent du tort à nos enfants.

Les parents sont frustrés, et avec raison, par les moyens de pression employés par les syndicats d'enseignants à chaque nouvelle négociation collective. C'est pourquoi nous demandons aux syndicats de mettre fin à ces moyens de pression et de faire tous les efforts nécessaires pour conclure une entente qui offrira de la stabilité aux élèves, ajoute-t-il.

Un autre syndicat, la Fédération des enseignantes et enseignants de l’élémentaire de l’Ontario, a laissé entendre que ses membres déclencheraient une série de grèves tournantes à compter du 20 janvier si le gouvernement refuse d'aborder les questions telles que la compensation des enseignants, les soutiens pour l’éducation spécialisée ou encore la lutte contre la violence en classe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !