•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La députée Marilyn Gladu se lance dans la course à la direction du Parti conservateur

La députée Marilyn Gladu intervient à la Chambre des communes.

La députée conservatrice Marilyn Gladu.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Isabelle Corriveau

La députée ontarienne est la première membre du caucus et la seule femme jusqu'à présent à déclarer son intention de se présenter pour succéder à Andrew Scheer.

Responsabilité fiscale et compassion sociale

À la suite de la défaite du Parti conservateur lors des élections fédérales de l’automne, Mme Gladu pense que le parti a besoin de changement.

On a besoin d’une politique plus équilibrée pour la responsabilité fiscale et plus de compassion sociale.

Marilyn Gladu, députée de Sarnia-Lambton

Ses priorités, si elle remporte la course, sont les emplois dans le domaine des ressources naturelles, les relations du Canada à l’international et la mise en place de solutions pour aider la population vieillissante.

Une approche scientifique aux changements climatiques

Avec plus d'une trentaine d'années dans le domaine du génie chimique, Mme Gladu dit vouloir proposer un meilleur plan sur le climat que celui qu'avait proposé Andrew Scheer lors des dernières élections.

Elle estime que son expérience lui a appris à trouver des solutions aux problèmes en adoptant une approche scientifique. La députée conservatrice affirme qu'elle laisserait le choix aux provinces de décider si elles veulent garder la taxe carbone.

Clairement, nous devons en faire plus chez nous. Nous n'atteindrons pas nos cibles [de l'Accord Paris] avec le plan existant.

Marilyn Gladu, députée de Sarnia-Lambton

Si elle devient chef, Mme Gladu proposera un plan sur le climat qui se concentrerait sur les plus grands émetteurs industriels de même que les émissions associées aux transports et aux édifices.

Déception face aux dernières élections

Mme Gladu, qui est bilingue, espérait que les conservateurs gagneraient les dernières élections. Quand j’ai vu que les personnes à Toronto, au Québec et dans les provinces de l’Atlantique n’ont pas voté pour le Parti conservateur, j’ai su qu’on avait besoin de nouvelles politiques, explique-t-elle.

Je pense qu’on doit être plus clair avec les Canadiens [que sous le leadership précédent].

Marilyn Gladu, députée de Sarnia-Lambton

Elle pense que son expérience en entrepreneuriat international, en politique et sa vitalité font d'elle une candidate qui serait à l'écoute et qui lui permettrait de défendre les droits et libertés des Canadiens.

Marilyn Gladu, qui a 57 ans, en est à son deuxième mandat dans la circonscription de Sarnia-Lambton, dans le Sud-Ouest de l'Ontario.

Ingénieure de formation, elle a travaillé pour Dow Chemical, Suncor et a été consultante pour WorleyParsons.

Elle est convaincue qu'elle pourra trouver les 300 000 $ de frais d'inscription et de recueillir les 3000 signatures des membres du parti nécessaires pour participer à la course.

D'autres politiciens, dont Jean Charest, Gérard Deltell, Pierre Poilièvre, Peter MacKay, Rona Ambrose et Erin O’Toole, réfléchissent actuellement à la possibilité de se lancer dans la course.

Le prochain chef du parti sera élu le 27 juin prochain à Toronto.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique