•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrasement en Iran : des enquêteurs identifient un missile grâce aux réseaux sociaux

À l'aide des réseaux sociaux, des chercheurs ont réussi à valider des images qui semblent soutenir la thèse que le vol PS752 a été abattu par un missile. Anatomie d'une enquête web.

Un débris de missile et la capture d'écran d'une vidéo montrant l'impact entre le missile et l'avion.

Certaines des images qui ont permis aux chercheurs de mener leur enquête.

Photo : Capture d'écran - Twitter

Jeff Yates

En temps de crise, les réseaux sociaux débordent souvent de toutes sortes de théories sur les causes d'un événement. Il en émerge toutes sortes de photos et de vidéos douteuses qui tentent d'expliquer ce qui s'est produit. La plupart du temps, ces publications virales se révèlent être de la pollution n'ayant rien à voir avec l'incident, lorsqu'il ne s'agit pas carrément de désinformation.

Mais dans le cas de l'écrasement en Iran, mercredi, du vol PS752 de la compagnie Ukraine International Airlines (UIA), des images qui ont émergé sur les réseaux sociaux auront possiblement aidé à expliquer la cause réelle de la tragédie.

Jeudi après-midi, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a affirmé détenir des informations qui indiquaient que l'aéronef avait été abattu par erreur par un missile iranien. Le gouvernement iranien a vite fait de balayer cette idée du revers de la main. Toutefois, le travail de chercheurs examinant des images trouvées sur les réseaux sociaux semble valider l'hypothèse du missile.

Les premières vidéos

Dans les heures suivant l'écrasement, plusieurs vidéos sont apparues sur Twitter et sur Telegram, montrant ce qui semble être une boule de feu tomber du ciel. Plusieurs internautes ont conclu que l'avion avait été abattu.

Étant donné la noirceur ambiante, il était pratiquement impossible de géolocaliser ces vidéos à l'aide d'éléments du paysage. Bien qu'elles aient énormément circulé, ces vidéos ne prouvaient rien, pour l'instant. Des voix responsables ont appelé à la retenue avant de les partager.

Le lendemain, des journalistes, dont l'équipe d'enquêtes visuelles du New York Times, ont réussi à confirmer l'authenticité de certaines d'entre elles.

Des premières images de débris de missile

Dans la journée de mercredi, l'image d'un débris de missile s'est mise à circuler sur les réseaux sociaux.

L'homme qui l'a publiée offrait peu de détails et a supprimé son tweet par la suite. Toutefois, des chercheurs du média d'enquête Bellingcat ont vite fait d'identifier un débris de missile Tor-M1 de fabrication russe (Nouvelle fenêtre).

Encore une fois, peu d'éléments visuels dans l'image permettaient de la géolocaliser. L'auteur du cliché a finalement affirmé qu'il avait été pris à Parand, une ville à 40 km au sud-ouest de Téhéran. Cette ville se trouve à quelques kilomètres de l'aéroport international Imam-Khomeini, d'où est décollé l'appareil.

Or, le vol PS752 a cessé de communiquer alors qu'il se trouvait au-dessus de cette ville, selon le site FlightTracker24 (Nouvelle fenêtre).

Une carte sur laquelle on voit que le vol décolle de l'aéroport international Imam-Khomeini et cesse de communiquer au-dessus de la ville de Parand.

La trajectoire parcourue par le vol PS752 au moment où il a cessé de communiquer.

Photo : Capture d'écran - FlightRadar24

Puis, tôt jeudi matin, une deuxième image du même débris a émergé.

Il était toujours impossible de confirmer la thèse du missile, mais il s'agissait quand même d'éléments intéressants. La validité de ces images n'a toutefois toujours pas été confirmée.

Une vidéo choquante apparaît

Jeudi après-midi, une nouvelle vidéo s'est mise à circuler, montrant supposément le moment de l'impact entre l'aéronef et le missile. Celle-ci proviendrait du réseau social Telegram, mais peu de détails sont disponibles. On ne connaît pas, par exemple, le lieu où elle a été tournée.

Cette fois, par contre, des éléments visuels nous donnent des indices. On voit des bâtiments et ce qui semble être un chantier de construction. On remarque aussi un délai de quelque 10 secondes entre l'éclair et le son de l'explosion. Un petit calcul à l'aide de la vitesse du son permet de déterminer que la vidéo a été tournée à environ 3 km de l'explosion.

Cela laisse peu d'options : la ville de Parand est la seule qui se trouve dans un rayon de 3 km de l'endroit où l'avion a cessé de communiquer. La course à la géolocalisation de la vidéo est lancée.

Un endroit probable trouvé

Les chercheurs parcourent Google Maps à la recherche d'un endroit qui correspond à la vidéo. C'est tout un casse-tête, car Parand déborde de bâtiments identiques, qui ressemblent beaucoup à ceux que l'on voit dans la vidéo.

Plusieurs bâtiments sont identiques et ressemblent à ceux dans la vidéo.

La ville de Parand, en Iran.

Photo : Capture d'écran - Google Maps

Quelques heures plus tard, un chercheur trouve un endroit qui semble concorder.

Non seulement les bâtiments ressemblent à ceux qu'on voit dans la vidéo, mais d'autres éléments du paysage correspondent aussi, notamment la présence d'un chantier de construction.

Peu de temps après, le journaliste Christiaan Triebert, du New York Times, annonce que le quotidien a pu contacter l'auteur de la vidéo et confirme l'endroit trouvé par les chercheurs (Nouvelle fenêtre). La personne qui a tourné la séquence affirme qu'elle a commencé à filmer après avoir entendu quelque chose comme des coups de feu.

Mise à jour (10 janvier) :

En début de journée, vendredi, des enquêteurs ont obtenu des photos et vidéos prises au même endroit qu'ils avaient identifié. Résultat : il s'agit bel et bien du lieu exact où la vidéo a été tournée.

Si la véritable enquête se poursuit, des chercheurs sur le web auront pu confirmer des bribes d'information trouvées sur les réseaux sociaux et possiblement ajouter de nouvelles informations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Réseaux sociaux

Société