•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ultimatum pour la conversion de l’église Saint-Jérôme

Portes de l'église avec une pancarte À Vendre et un numéro de téléphone.

L'église Saint-Jérôme de Matane est à vendre.

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Deschenes

Joane Bérubé

Le Comité de sauvegarde de l’église Saint-Jérôme et Patrimoine Matane demandent à la Fabrique Cœur-Immaculée-de-Marie de leur donner une réponse favorable avant le 17 janvier 2020.

Les membres du Comité ainsi que ceux de Patrimoine Matane estiment que cet ultimatum est devenu nécessaire puisqu’il leur est actuellement impossible de poursuivre le développement de leur projet de modules à croissance rapide de végétaux biologiques présentés aux marguilliers en novembre 2019.

Paul Gauthier, président du Comité de sauvegarde de l’église Saint-Jérôme et membre de Patrimoine Matane, explique que le comité est actuellement paralysé faute de réponse de la Fabrique.

Et le temps presse, dit-il, puisque la production devait démarrer cet automne pour que l’église puisse être chauffée cet hiver.

Déjà, souligne M. Gauthier, le dossier se démarque par la lenteur des réponses de la Fabrique. Je me demande s’il y a vraiment une volonté de la Fabrique de faire quelque chose avec ce bâtiment qui, je le rappelle, ne sera pas chauffé cet hiver , ajoute le porte-parole du groupe.

 Paul Gauthier, président du comité de sauvegarde de l'église Saint-Jérôme

Paul Gauthier, président du comité de sauvegarde de l'église Saint-Jérôme

Photo : Radio-Canada

Il fait valoir que le projet chemine depuis déjà un an. Tant que nous ne sommes pas propriétaires de l’église, on ne peut pas faire de demandes de financement, de campagne de financement pour être capables au mois de mars de signer un contrat et de réaliser les travaux en juin, précise le président du comité de sauvegarde.

Son comité a donc besoin des plans de l’église, d’une inspection du bâtiment, de devis techniques et d’une preuve valide de prise de possession des lieux pour aller de l’avant. Le comité s’engage par ailleurs à une désacralisation des lieux.

Exaspération et incompréhension

Dans la lettre adressée à la Fabrique, le président du comité de sauvegarde écrit : Le but ici est d'éviter toutes négociations futures interminables et tous reports inconsidérés qui sont votre marque de commerce.

Il semble que le manque de communication, de part et d'autre, puisse être une raison de la mise au rencart du projet. Je ne travaillerai pas une autre année à attendre , indique Paul Gauthier.

Quel est l’avantage de la Fabrique de conserver une bâtisse qui n’est pas chauffée, pas entretenue, qui se dégrade. On ne comprend pas.

Paul Gauthier, président du comité de sauvegarde de l’Église Saint-Jérôme.

Clé en main

Il assure que le plan d’affaires, bâti avec la collaboration de la MRC, démontre que l’entreprise serait rentable.

Le concept repose sur une entente avec l’entreprise Inno 3B, qui vend sa technologie, mais offre aussi une formule clé en main qui va de l’approvisionnement en germination à la vente de la récolte destinée à des supermarchés. On a un client qui est prêt à acheter la production pour les cinq prochaines années. On a un revenu mensuel, assure M. Gauthier.

Des laitues poussent dans une machine.

Cette machine permet de faire pousser des légumes à l'intérieur d'un édifice comme l'église de Saint-Pacôme.

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Le plan d’affaires prévoit que les revenus permettront de payer l’équipement, les assurances et les taxes du bâtiment ainsi que son entretien.

Le projet, rappelle M. Gauthier, permet surtout de chauffer l’église à moindre coût en récupérant la chaleur dégagée par les serres verticales pour alimenter le système de chauffage à eau chaude de l’église.

SI le projet se concrétisait, le comité estime que le bâtiment pourrait par la suite être utilisé par la communauté et trouver une nouvelle vocation. Des pourparlers à ce sujet ont eu lieu avec la Ville et la MRC.

Aucun représentant de la Fabrique Cœur-Immaculée-de-Marie n'a pu être joint pour commenter la nouvelle démarche du comité de sauvegarde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Croyances et religions