•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • La conversion confuse et controversée du Canada au système métrique

    Combien mesurez-vous en centimètres? Grelottez-vous en degrés Celsius ou Fahrenheit? Il y a 50 ans, le gouvernement canadien entamait une conversion du système impérial au système métrique pour exprimer les poids et les mesures.

    Pictogramme illustrant les mesures de masse, de volume et de longueur du système métrique.

    Mise sur pied au début des années 70, la Commission canadienne du système métrique devait réaliser une conversion en douceur pour la population et les industries.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Le 16 janvier 1970, le gouvernement canadien dépose un livre blanc sur la conversion du pays au Système international d’unités (SI). La réforme s'applique aux mesures de longueur, de volume, de masse et de température.

    Once, livre, pouce, pied, verge, perche et mille, les unités de mesure impériales établies par les Britanniques impliquent une laborieuse transition entre elles. Il y a 12 pouces dans 1 pied et 16 onces dans 1 livre.

    Partout dans le monde, on utilise le système métrique, plus simple et plus rationnel.

    La Grande-Bretagne a déjà abandonné son propre système de mesures à la fin des années 60 pour passer au système métrique. Les États-Unis souhaitent également entreprendre cette transition, mais feront marche arrière.

    Au Canada, la Loi sur les poids et mesures est modifiée au Parlement en 1971.

    La Commission canadienne du système métrique est chargée d’instaurer graduellement un système unique dans le pays.

    S’initier au centimètre

    La Commission se donne d’abord une décennie pour réaliser au Canada la conversion au système métrique.

    Les écoles comptent parmi les premières institutions à être touchées par cette modification.

    Actualités 24, 30 août 1974

    Pour l’émission Actualités 24 du 30 août 1974, Myra Cree assiste à un cours d'initiation au système métrique dans une classe de sixième année.

    L'enseignante Isabelle Brisebois-Leroux utilise la manipulation d'objets comme méthode d'apprentissage des unités de mesure.

    Elle constate comme plusieurs autres collègues que les mesures métriques s'enseignent plus facilement que les mesures impériales.

    Le SI possède 7 unités de base, alors que le système anglais en compte 53.

    De plus, les unités métriques sont toujours des multiples ou des sous-multiples de 10. Nul besoin alors de retenir les paramètres de conversion par cœur comme dans le système impérial.

    Mètres chez nous

    Affiche publicitaire titrant: Grammes ou kilogrammes, la quantité est toujours là!

    La campagne publicitaire de la Commission canadienne du système métrique mise sur des slogans rassurants.

    Photo : Radio-Canada

    Malgré une campagne de publicité bien orchestrée et des programmes pour aider les citoyens, les écoles et les entreprises à passer au système métrique, la transition n’opère pas.

    Nombre de Canadiens s’acharnent à conserver les mesures anglaises dans leur vie courante.

    L’échéance projetée pour la conversion complète au pays doit être reportée à plusieurs reprises. D'abord fixée à 1978, elle est déplacée au 31 décembre 1980, puis à janvier 1983.

    Chiffre 10 mis en relief avec quelques mesures en multiple de 10.

    Une publicité de la Commission met de l'avant la facilité de conversion du système métrique fonctionnant avec des multiples et sous-multiples de 10.

    Photo : Radio-Canada

    À partir du 1er avril 1975, la température est communiquée en degrés Celsius et les précipitations, en millimètres.

    À l'automne 1977, toutes les provinces s'affairent à convertir leurs panneaux routiers en kilomètres.

    Puis, en 1979, les stations-service commencent à vendre l’essence au litre.

    Chaque nouvelle norme imposée par la Commission canadienne du système métrique soulève une vague de résistance dans la population.

    Une pinte de lait et une livre de beurre

    Téléjournal, 5 janvier 1982

    Comme en témoigne cet extrait du Téléjournal du 5 janvier 1982, les mesures s’appliquant au secteur de la vente au détail doivent compléter la conversion.

    À partir du mois de janvier 1982, les commerçants disposent d’un an pour détailler leurs produits et en afficher le prix en unités métriques.

    Au Jour 1 de cette importante réforme, le boucher interrogé par le journaliste Claude-Jean Devirieux n’a aucune idée de ce que représente un kilo de steak haché.

    Les consommateurs rencontrés semblent de leur côté assez réceptifs à intégrer ce changement dans leurs emplettes quotidiennes.

    Je crois que c’est inévitable et qu’il faut s’ajuster à la situation. Le système métrique est un système bien construit et international.

    Un consommateur rencontré dans une poissonnerie

    Dans certaines provinces, notamment en Ontario, les réactions se font toutefois plus vives.

    Affiche en anglais appelant au rejet du système métrique dans les commerces.

    L'imposition au passage vers le système métrique soulève des mouvements d'opposition, en particulier dans le Canada anglais.

    Photo : Radio-Canada

    Le débat devient partisan, le gouvernement fédéral libéral soutenant une conversion obligatoire tandis que de nombreux députés conservateurs s’y opposent.

    Des recours devant les tribunaux forcent Ottawa à décréter un moratoire sur l'application de la Loi sur les poids et mesures en décembre 1983.

    Une réforme à un pouce d’être complétée

    Confusion, bouleversement trop brusque ou ascendance de l’héritage anglo-saxon? Certains Canadiens considèrent que leurs droits sont brimés à travers l’imposition du système métrique par le gouvernement fédéral.

    Le moratoire national suspend la mise en application obligatoire du système métrique dans trois domaines de vente : les denrées alimentaires, les carburants et les articles d’ameublement.

    Téléjournal, 13 décembre 1984

    Le système métrique n’a plus le monopole, annonce l’animateur Bernard Derome au Téléjournal du 13 décembre 1984.

    Le gouvernement conservateur de Brian Mulroney a décidé d’adoucir les règles du jeu afin de plaire à la fois aux fidèles des poids et mesures impériales et aux adeptes du SI.

    Les commerçants des secteurs les plus controversés pourront désormais afficher les prix à la livre, au gallon ou à la verge pourvu qu’ils soient également visibles en unités métriques.

    La conversion sera volontaire et on pense qu'à l'usage, le système métrique passera dans les mœurs, avance le journaliste Daniel Lessard.

    Cinquante ans plus tard, bien que l’on enseigne uniquement le système métrique dans les écoles canadiennes, les deux systèmes continuent de coexister au pays.

    Une illustration montre l'équivalence avec des tasses à mesurer entre une tasse et demi et 325 ml.

    Bien qu'ils ne soient pas soumis à la Loi sur les poids et mesures, plusieurs livres et émissions de recettes s'adaptent à la nouvelle réalité canadienne dans les années 70 et 80.

    Photo : Radio-Canada

    Les Canadiens ont fini par rouler en kilomètres, faire le plein en litres et bavarder de la météo en degrés Celsius.

    Mais en raison de leur omniprésence dans les commerces comme dans les livres de recettes, ils doivent également maîtriser les unités de mesure impériales.

    Encore plus de nos archives

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

    Archives

    Société