•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fini les élections pour l'ancien ministre fédéral et député Ralph Goodale

Ralph Goodale assis sur une chaise en entrevue.

Ralph Goodale était député de la circonscription de Regina-Wascana depuis 26 ans.

Photo : Radio-Canada

Romain Chauvet

Près de trois mois après les dernières élections fédérales, l'ancien ministre de la Sécurité publique n'a pas encore pris de décision quant à son avenir. Mais une chose est sûre : Ralph Goodale ne se représentera plus comme candidat en politique.

Le 21 octobre 2019 a été un coup dur pour Ralph Goodale. Il a été défait par le conservateur Michael Kram dans sa circonscription de Regina-Wascana, qu'il détenait depuis 26 ans.

Bien qu'il ne veuille plus participer à des élections, il reste ouvert à d'autres occasions.

Je ne prévois pas d'être à nouveau candidat, mais il y a d'autres façons de maintenir mon intérêt et d'être impliqué.

Ralph Goodale, ancien ministre de la Sécurité publique et ancien député de la circonscription de Regina-Wascana

Au cours des dernières semaines, explique-t-il, il a eu plusieurs discussions avec des intervenants du domaine des affaires, du domaine juridique ainsi que du domaine universitaire. Il y a des possibilités au gouvernement ou à l'international, confie-t-il.

Dans tous les cas, il espère que son prochain défi sera en Saskatchewan ou près de la province.

Ralph Goodale assis en entrevue avec Radio-Canada.

Ralph Goodale est heureux des occasions qui se sont présentées à lui par le passé et des gens qu'il a pu rencontrer.

Photo : Radio-Canada

Tensions entre l'Ouest et Ottawa

Avec sa défaite, la Saskatchewan a perdu son seul député libéral élu à Ottawa. Ce verdict est tombé à la suite d’une campagne électorale que le principal intéressé qualifie de difficile, parsemée d’attaques et de haine.

Toutefois, il ne regrette pas d'avoir partagé une vidéo l'été dernier, où l'ancien chef du Parti conservateur, Andrew Scheer, s'opposait au mariage gai. C'est le rôle de chaque leader national , estime le Réginois. Selon lui, il est très important que les droits de la communauté LGBTQ soient respectés et protégés.

Les tensions sur la scène fédérale avec les provinces de l'Ouest se sont également accentuées.

Cela [contrer le sentiment d'aliénation] demande de l'écoute, pour s'assurer que les voix de la Saskatchewan et de l'Alberta sont bien entendues et comprises.

Ralph Goodale, ancien ministre de la Sécurité publique et ancien député de la circonscription de Regina-Wascana

Selon lui, Ottawa doit à présent concrétiser son écoute des provinces de l'Ouest par des actions tangibles, qui auront des retombées pour les habitants de ces deux provinces. Il pense notamment à l'expansion du pipeline Trans Mountain.

Interrogé sur l’émergence du mouvement Wexit Saskatchewan, l'ancien député de Regina-Wascana affirme que l'idée de séparatisme est contre-productive et crée des divisions.

Les conséquences seraient dévastatrices pour la Saskatchewan en cas d'indépendance, explique Ralph Goodale, notamment pour l'économie qui perdrait des transferts de la part du fédéral, ou encore des retombées économiques de la Division Dépôt de la GRC établie à Regina.

[Le retrait de la Saskatchewan du Canada] serait une grande perte pour la Saskatchewan.

Ralph Goodale, ancien ministre de la Sécurité publique et ancien député de la circonscription de Regina-Wascana

D'après Ralph Goodale, le fait que Wexit Saskatchewan veuille devenir un parti politique devrait inquiéter le Parti saskatchewanais. Si cela arrive, ajoute-t-il, Wexit Saskatchewan pourrait lui prendre des votes.

Appel au dialogue et à l'unité

Dans ce contexte, Ralph Goodale pense qu’il est important que les Canadiens se parlent d’un bout à l’autre du pays, et en dehors de la politique. Pour y arriver, il faut des efforts de la part à la fois du fédéral et des provinces.

Interrogé sur le gouvernement Trudeau, qui soutient d'une part, la lutte contre les changements climatiques, et de l'autre, les pipelines, Ralph Goodale pense qu'Ottawa est capable de faire des progrès sur les deux plans.

Il soutient que, lors des dernières élections, une partie des Canadiens a voté en faveur des pipelines, tandis qu’une autre partie a voté pour la lutte contre les changements climatiques. La conciliation des deux demandera beaucoup de travail et d’efforts de la part d’Ottawa, mais n’est pas impossible, selon lui.

L'ancien ministre de la Sécurité publique souhaite que le pays dépasse ces divisions pour s'unir et continuer d'être un exemple sur la scène internationale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Politique fédérale