•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un festival de musique heavy metal pour mettre en valeur les voix féminines

Cinq membres d'une formation metal, 4 gars, 1 fille, posent devant la caméra avec un air sérieux. Ils sont habillés de vêtements gothiques et il y a du sang sur leur visage.

Sanguine Glacialis, avec Maude Théberge à la voix et au clavier, est une formation de Montréal dans un univers de musique death metal qui s'inspire aussi du classique et du jazz.

Photo : Dani Rod/maquillage par Isabelle Boulais

Audrey Paris

Pour transformer un univers traditionnellement masculin, des promoteurs proposent deux soirées heavy metal durant lesquelles les voix féminines se retrouvent au premier plan.

À Québec, l’avocat et musicien Didier Samson est l’idéateur du tout premier festival FestEvil. Je voulais faire ça parce que je trouve que ça prendrait une autre dimension. Les femmes, elles ont une couleur et une vision de la musique différentes des autres, explique-t-il.

Pour la soirée du 6 mars à Québec, sept groupes sont déjà annoncés.

Didier Samson sur scène.

Didier Samson joue dans la formation The Flaying.

Photo : Radio-Canada

Les bands vont se succéder, précise Didier Samson, on va avoir des esthétiques de bands très variées. Il y aura des filles qui hurlent, d’autres non, il va falloir ajuster le son.

C’est ce qui fera le succès de la soirée, c’est la qualité du son.

Didier Samson

D’après le musicien, certaines voix féminines dans les groupes de musique heavy metal s’apparentent beaucoup à celles des hommes. Pour des personnes moins habituées, il est possible de se fermer les yeux et de ne pas savoir si c’est un homme ou une femme, croit-il

Les adeptes et les curieux sont donc invités le 6 mars à la salle Le D’Auteuil pour ce premier FestEvil.

À Montréal, une soirée similaire a lieu le lendemain au Petit campus.

Des soirées nécessaires

Maude Théberge est chanteuse et claviériste dans la formation Sanguine Glacialis. Elle est aussi violoniste dans le groupe Valfreya.

Lors des soirées à Québec et à Montréal, elle aura la chance de partager la scène avec les autres groupes invités.

Je crois que oui, c’est nécessaire de faire ces soirées, dit-elle. C’est certain qu’il y a, depuis de nombreuses années, plus de femmes, mais ça reste plus exceptionnel que commun dans l’univers métal.

Elle souligne qu’il existe des habitudes dans le milieu, comme des adeptes qui n’aiment pas la musique métal avec des voix féminines.

Certaines voix de femmes ne sont pas aussi brutales, c’est pour ça, alors c’est vraiment bien de mettre l’accent sur les femmes à l’occasion de ces shows.

Maude Théberge a hâte de retrouver les autres formations sur la scène. On est un petit milieu. Comme il n’y a pas beaucoup de femmes, il n’y a pas beaucoup de bands avec des voix principales de femmes.

Selon elle, les styles vocaux des chanteuses des groupes seront très variés, mais elles font toutes du growl, du scream. Cette technique de chant, qui ressemble à des hurlements, demande beaucoup de pratique et d'efforts, ajoute-t-elle.

Du côté de Québec, Didier Samson indique être déjà en train de penser au second FestEvil, qui pourrait avoir lieu en 2021.

Avec des informations d'Anne-Josée Cameron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Musique