•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Menace de grèves tournantes des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario

Sam Hammond en conférence de presse.

Sam Hammond, président de la Fédération des enseignants de l'élémentaire de l'Ontario (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Fédération des enseignantes et des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario (FEEO) annonce l’escalade de la grève du zèle de ses membres.

À compter du lundi 13 janvier 2020, les éducatrices et éducateurs des écoles élémentaires publiques ne superviseront plus les activités parascolaires et ne participeront plus aux sorties éducatives, indique le syndicat par communiqué. Si le gouvernement refuse d'aborder les questions cruciales dans les pourparlers d'ici le 17 janvier, les membres de la FEEO entameront une grève de retrait complet des services sur une base tournante à compter du 20 janvier.

Dans un tel scénario, les éducateurs n'arriveront pas au travail plus tôt que 30 minutes avant le début de la journée d'enseignement et quitteront dans les 15 minutes à la fin de la journée d'enseignement. Ils n’organiseront pas d'assemblées ni n'y participeront, sauf pour superviser les élèves.

Des négociations difficiles

En six mois de négociations contractuelles, le ministre de l'Éducation du gouvernement Ford n'a donné à ses négociateurs aucun mandat pour discuter d'autre chose que des coupures dans le secteur de l'éducation, y compris une coupure de 150 millions de dollars dans l'enseignement primaire public, a déclaré le président de la FEEO, Sam Hammond, par voie de communiqué.

Il ajoute que les représentants du gouvernement ont confirmé qu'ils n'ont pas de mandat pour négocier d’autres questions que les coupures et parle de progrès négligeables en matière de soutien à l'éducation spéciale ou encore de lutte contre la violence en classe.

Selon le président du syndicat, le ministre de l’Éducation Stephen Lecce tient également un discours différent en conférences de presse et à la table de négociation.

Le ministre Lecce prétend en public qu'il n'y aura pas de changements au modèle de la maternelle, mais refuse de prendre cet engagement pendant les négociations. Le ministre prétend que le salaire est le principal point de friction dans les négociations, mais c'est un sujet qui n'a pratiquement pas été discuté pendant des mois de négociation.

Sam Hammond, président du syndicat des enseignants de l'élémentaire de l'Ontario

Le ministre de l'Éducation a réagi à la nouvelle jeudi après-midi. Les familles font face à l'escalade syndicale bien trop souvent. Il est temps que les dirigeants syndicaux mettent fin aux jeux et à l'expérience cyclique de l'escalade qui nuit aux élèves de l'Ontario.

Les leaders syndicaux ont promis que leur escalade n'aurait pas de répercussions sur les élèves et leur apprentissage. Malheureusement, ils ont encore une fois manqué à cette promesse, mais nous respecterons notre engagement envers les parents, à savoir rester à la table de négociation et travailler aussi fort qu'il le faut pour conclure une entente qui permet de garder les élèves dans la classe, a-t-il déclaré par voie de communiqué.

La FEEO compte 83 000 membres dans les écoles de l'élémentaire public anglais.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !