•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Asbestos: assemblée publique jeudi soir sur le changement de nom de la ville

Un panneau municipal de la ville d'Asbestos.

La ville d'Asbestos changera de nom au cours de l'année 2020.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

La Presse canadienne

Le conseil municipal d'Asbestos, en Estrie, convie les citoyens à une séance d'information publique ce jeudi soir à propos du processus de changement de nom de la ville.

Le 27 novembre dernier, le conseil municipal a annoncé le lancement de ce processus à la suite de réflexions sur l'avenir économique de la ville. Asbestos veut se défaire de la connotation négative de son nom qui signifie amiante, en anglais.

Asbestos, une ville d'environ 7000 habitants située à une cinquantaine de kilomètres au nord de Sherbrooke, a été nommée ainsi pour le minerai qui y a été extrait pendant plus d'un siècle. Considéré toxique, l'amiante est maintenant interdit dans de nombreux pays.

Le maire d'Asbestos, Hugues Grimard, soutient que la rencontre de jeudi sera une occasion d'échanges entre les citoyens et les élus de la ville. Ceux-ci entendent expliquer les raisons du changement de toponyme, mais aussi écouter les préoccupations des citoyens.

Un homme se tient debout devant un micro.

La ville d'Asbestos portera un nouveau nom à partir de 2020.

Photo : Radio-Canada

En novembre dernier, M. Grimard a affirmé que quatre entreprises lui avaient clairement indiqué qu'elles viendraient s'établir dans sa ville si elle ne s'appelait pas Asbestos.

Le projet de changement de nom est appuyé par Bernard Coulombe, président-directeur-général de Mine Jeffrey, qui est entré à la compagnie en 1969. Dans une entrevue livrée à La Tribune la semaine dernière, M. Coulombe a expliqué que sans renier tout ce que l'amiante avait apporté à la ville, il est temps que le nom change pour que les jeunes et les entrepreneurs n'aient pas honte de dire d'où ils viennent.

Bernard Coulombe entend déposer le mois prochain deux mémoires à la commission d'enquête du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) sur l'amiante: l'un d'eux portera sur la valorisation des résidus amiantés, et l'autre sur l'utilisation salubre et sécuritaire de l'amiante chrysotile, le type d'amiante qui a été exploité au Québec.

Le coût de la démarche de changement de nom a été évalué par la Ville d'Asbestos à environ 100 000 $.

Le nouveau nom devrait être annoncé plus tard cette année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Politique municipale