•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle friperie à Bathurst pour remplacer l’Armée du salut

Le comptoir de l'Armée du salut a dû fermer, « mais les pauvres sont toujours là », dit Mgr Jodoin.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des vêtements seconde main sur une table.

Les plus démunis de la région de Bathurst pourront bientôt compter sur un service de friperie.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Radio-Canada

Le diocèse de Bathurst, au Nouveau-Brunswick, s’apprête à ouvrir en février une nouvelle friperie qui viendra combler le vide laissé dans la communauté par la disparition de l'Armée du salut.

Il y a quelques semaines, l’Armée du salut a en effet fermé sa boutique de vêtements et d’objets à prix modiques. Selon l’évêque de Bathurst, Mgr Daniel Jodoin, le comptoir du centre-ville de Bathurst a dû cesser ses activités car l’édifice qui l’abritait avait subi trop de dommages causés par l’eau.

Devant cette situation inattendue, le diocèse a décidé de reprendre le flambeau.

Il n’y avait plus de centre, mais les pauvres sont toujours là, dit Mgr Jodoin. C'est pour ça que nous on veut, justement, être là pour aider toutes ces familles.

Une affiche du centre de ressourcement.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Centre de ressourcement est situé dans les environs du campus du CCNB à Bathurst.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Pour ce faire, le diocèse ouvrira une friperie dans son Centre de ressourcement, situé non loin du campus du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (CCNB).

Ce sont des religieuses, en particulier, qui vont s'en occuper avec des bénévoles pour offrir des vêtements, des souliers, des sacs, des choses pour les enfants, annonce l’évêque.

L'évêque du diocèse, Daniel Jodoin, en compagnie de quelques religieuses qui participent au projet.

L'évêque du diocèse, Daniel Jodoin, en compagnie de quelques religieuses qui participent au projet.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Patricia Dewispelaere, qui supervisera le nouveau service, s’enthousiasme de voir que les gens de la région ont le cœur sur la main.

Je ne m'attendais pas à autant de générosité. Nous avons des sacs et des sacs et des sacs de vêtements. Nous avons des jouets. Parfois, il y a même des jouets neufs, il y a des vêtements neufs, dit-elle.

Patricia Dewispelaere tient une pile de vêtements de seconde main.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Employée au diocèse de Bathurst, Patricia Dewispelaere est agente de pastorale. Elle sera responsable de superviser les services de la friperie.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Les familles défavorisées de la communauté et les étudiants qui sont dans la région sont les bienvenus. Mme Dewispelaere précise par exemple qu’il n’est pas inhabituel de voir des étudiants étrangers, par exemple ceux des pays d’Afrique, qui n'ont pas de vêtements adaptés au climat à leur arrivée. On a eu des demandes, souligne-t-elle.

Il y a encore du travail à faire dans les locaux de cette future friperie, dit-on au diocèse, mais tout devrait être prêt pour l’ouverture le mois prochain.

D’après le reportage de François Vigneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !