•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrasement d’avion en Iran : plus de 35 victimes ontariennes

Des bougies devant des photos encadrées.

Une cérémonie a eu lieu mercredi après-midi en hommage aux quatre étudiants de l’Université Western qui ont péri dans l’écrasement.

Photo : CBC

Radio-Canada

Plus de 35 Ontariens ont perdu la vie dans l’écrasement du vol PS752 à Téhéran, mercredi matin. Parmi eux, on retrouve des familles et de nombreux étudiants et membres de la communauté universitaire.

L'écrasement du Boeing 737 a fait 63 victimes canadiennes.

L'avion de la compagnie Ukraine International Airlines s'est écrasé après avoir décollé de l'aéroport de Téhéran.

Aucun passager n'a survécu.

Plus d'une vingtaine d'enfants étaient à bord de l'appareil, qui se dirigeait vers Kiev, en Ukraine.

Des débris d'un avion dans un champ.

L'avion s'est écrasé à la campagne au sud-ouest de Téhéran peu de temps après le décollage.

Photo : Associated Press / Ebrahim Noroozi

Le premier ministre Justin Trudeau a précisé lors d'un point de presse, mercredi après-midi, que 138 des 176 victimes devaient par la suite prendre un vol pour Toronto.

Parisa Eghbalian et Reera Esmaeilion

Parisa Eghbalian, qui avait une quarantaine d'années, et sa fille de 9 ans, Reera Esmaeilion, ont perdu la vie dans cet écrasement d'avion.

Une femme sourit.

Parisa Eghbalian était une dentiste à Aurora. Elle habitait avec sa famille à Richmond Hill.

Photo : Aurora E&E Dentistry

Le père de la fillette, Hamed Esmaeilion, confirme qu'elles étaient dans l'avion.

La famille habite à Richmond Hill, au nord de Toronto.

Evin Arsalani, Hiva Molani et Kurdia Molani

Une mère tient son bébé dans ses bras.

Deux parents et leur fille font partie des victimes de l'écrasement. Kurdia Molani est née en 2018.

Photo : Facebook/Amir Arsalani

Une autre famille fait aussi partie des victimes : la mère de famille Evin Arsalani, le père Hiva Molani et leur bébé Kurdia Molani.

Suzan Golbabapour

Suzan Golbabapour, née en 1970, était une agente immobilière à Richmond Hill.

Elle était aussi une entraîneuse personnelle.

Suzan Golbabapour

Suzan Golbabapour

Photo : Facebook/Suzan Golbabapour

Maya Zibaie

L'École secondaire Northern, à Toronto, a annoncé que Maya Zibaie, une élève de 10e année, était morte dans l'écrasement d'avion.

Dans un communiqué, la direction précise que Maya était nouvellement arrivée au Canada. Elle était gentille, heureuse et les autres élèves l'aimaient.

Alina Tarbhai

Alina Tarbhai était adjointe administrative au bureau de Toronto de la Fédération des enseignantes-enseignants du secondaire de l'Ontario.

Le syndicat a confirmé qu'elle s'était rendue en Iran pour assister à des funérailles avec sa mère, Afifa Tarbhai.

Alina était une employée estimée et faisait partie d'une équipe très soudée au bureau provincial. Elle était respectée et appréciée de tous. Son décès représente une grande perte pour tous ceux qui ont travaillé avec elle.

Harvey Bischof, président de la Fédération des enseignantes-enseignants du secondaire de l'Ontario

Collège Cestar

Mohsen Salahi et Mahsa Amirliravi

Mohsen Salahi et Mahsa Amirliravi enseignaient depuis trois ans au Collège Cestar, un établissement privé de formation professionnelle de Toronto.

Dans un communiqué, le directeur Michael Vourakes les décrit comme de merveilleux enseignants, qui avaient formé des liens étroits avec les autres professeurs et membres du personnel.

Université Western

Ghazal Nourian, Hadis Hayatdavoudi, Milad Nahavandi et Sajedeh Saraiean

Une cérémonie a eu lieu mercredi après-midi à la mémoire des quatre étudiants de l’Université Western de London qui ont perdu la vie dans l’écrasement.

Ghazal Nourian, Hadis Hayatdavoudi, Milad Nahavandi étaient tous trois en études supérieures en génie.

Des photographies, des fleurs et des chandelles sur une table.

Ghazal Nourian et Milad Nahavandi étudiaient en génie à l’Université Western de London.

Photo : CBC/Andrew Lupton

Sajedeh Saraiean, pour sa part, était sur le point d’entreprendre un programme de deuxième cycle.

Il est difficile de croire qu’ils ne sont plus parmi nous, a déclaré Masoud Zakeri, qui connaissait deux d’entre eux.

Ils étaient doués, très gentils et attentionnés envers les autres étudiants et ils avaient du potentiel, ajoute-t-il.

Université de Guelph

Ghanimat Azhdari et Milad Ghasemi Ariani

Ghanimat Azhdari, une étudiante au doctorat à l'Université de Guelph, figure également parmi les victimes de l'écrasement.

Une femme sourit devant des drapeaux de pays.

Ghanimat Azhdari était une étudiante étrangère à l'Université de Guelph, en Ontario.

Photo : Consortium APAC

Sur son site web, le Consortium APAC (aires et territoires du patrimoine autochtone et communautaire), un groupe international de recherche sur les territoires autochtones auquel elle participait, a confirmé qu'elle fait partie des victimes.

Ghanimat Azhdari était membre d’une tribu nomade iranienne.

Pour nous, c’était une voix autochtone, une jeune femme très forte et très puissante. Elle était souvent notre porte-parole dans les forums internationaux aux Nations unies. C’était une personne vraiment très importante pour notre réseau.

Emma Courtine, Consortium APAC
Milad Ghasemi Ariani

Milad Ghasemi Ariani avait un potentiel énorme, selon le directeur du département de marketing de l'Université de Guelph, Tirtha Dhar.

Photo : Avec l'autorisation de Towhidul Islam de l'Université de Guelph

Une autre étudiant de l'Université de Guelph, Milad Ghasemi Ariani, a aussi perdu la vie. Diplômé en génie et détenteur d'un MBA, il préparait un doctorat en marketing.

Des collègues de son département l'ont décrit comme un homme gentil et un étudiant brillant promis à une grande carrière dans le monde académique.

Université de Waterloo

Marzieh (Mari) Foroutan et Mansour Esnaashary Esfahani

L'Université de Waterloo a aussi perdu deux étudiants. Mari Foroutan faisait des études de doctorat en géographie, tandis que Mansour Esnaashary Esfahani préparait un doctorat en génie civil.

Nous sommes unis avec la communauté académique canadienne et avec la communauté canado-iranienne qui pleure la perte de Mari et Mansour et la perte de si nombreux étudiants et chercheurs partout au pays.

Feridun Hamdullahpur, président de l'Université de Waterloo

Université de Toronto

Mojtaba Abbasnezhad, Mohammad Salehe, Zeynab Asadi-Lari et Mohammad Hossein Asadi-Lari

Quatre étudiants de l'Université de Toronto parmi les victimes

Mojtaba Abbasnezhad, un étudiant international de première année au doctorat à l'Université de Toronto, était à bord de l’avion.

Portrait du jeune homme.

Un proche confirme qu'il s'agit de Mojtaba Abbasnezhad, étudiant à l'Université de Toronto, victime de l'accident de mercredi.

Photo : Facebook/Mojtaba Abbasnezhad

Un ami proche, Pooya Poolad, décrit Mojtaba Abbasnezhad comme un citoyen iranien qui vivait à Toronto et qui étudiait en génie électrique.

Pooya Poolad devait d’ailleurs être du voyage en Iran avec son ami, mais il a dû annuler. Il dit avoir échangé des textos avec lui à l'aéroport avant son vol de retour.

Des photos, des fleurs et des chandelles en hommage aux étudiants de l'Université de Toronto qui ont perdu la vie.

Un petit mémorial temporaire en hommage aux étudiants de l’Université de Toronto qui ont perdu la vie.

Photo :  CBC/Jayme Poisson

Trois autres étudiants, Mohammad Salehe, Zeynab Asadi-Lari et Mohammad Hossein Asadi-Lari, ont également perdu la vie.

L'Université de Toronto a publié une déclaration, disant qu'elle était profondément attristée de voir les noms de ses étudiants sur la liste des passagers du vol PS752.

Cinq victimes de Windsor

Samira Bashiri, Hamid Setarah Kokab, Zahra Naghibi, Mohammad Abbas Pourghaddi et Pedran Jadidi

Une chercheuse de l’Université de Windsor, trois étudiants au doctorat, de même qu'un autre résident de la communauté sont aussi au nombre des victimes.

Samira Bashiri travaillait dans un laboratoire de l’université, tandis que son mari Hamid Setarah Kokab était étudiant au doctorat en génie mécanique.

Ils posent devant la rivière Sainte-Claire, avec la ville de Détroit en arrière-plan.

Samira Bashiri, à gauche, était chercheuse à l'Université de Windsor, où son mari, Hamid Setareh Kokab, à droite, était étudiant au doctorat en génie mécanique.

Photo : Sahar Nikoo

La chercheuse de l’Université de Windsor Lisa Porter, qui a supervisé Samira Bashiri, la décrit comme étant incroyablement talentueuse et motivée.

Elle avait un brillant avenir devant elle.

Lisa Porter, chercheuse de l’Université de Windsor

Mme Porter a ajouté que Mme Bashiri avait reçu une formation de vétérinaire en Iran et qu’elle aspirait à entreprendre des études supérieures à Windsor en septembre.

C’est une perte tragique pour nous tous et nous sommes tellement dévastés pour sa famille et ses amis au pays, a déclaré Mme Porter.

Zahra Naghibi était doctorante dans un laboratoire de la Faculté de génie de l’université. Elle était également présidente du groupe des jeunes professionnels de l’Institute of Electrical and Electronics Engineers. Son mari, Mohammad Abbas Pourghaddi, est également mort dans l'accident.

Pedran Jadidi était doctorant en génie civil. Il est décrit par Javad Sadeghi, un autre étudiant et ami, comme quelqu’un de « très beau et très ambitieux ».

Université McMaster

Mehdi Eshaghian et Iman Aghbali

Deux étudiants de l’Université McMaster, de Hamilton, se trouvent aussi parmi les victimes de l’écrasement.

Mehdi Eshaghian et Iman Aghbali, étudiants en génie au centre de ressources automobiles de l'Université McMaster, devaient revenir d’Iran, mais ne sont jamais arrivés, selon la Société des étudiants diplômés iraniens de l'Université McMaster.

Deux hommes avec des chemises et des vestons, qui sourient.

Mehdi Eshaghian et Iman Aghbali, deux des victimes de l'écrasement d'avion

Photo : Linkedin

L’association étudiante précise qu'une cérémonie sera organisée en leur mémoire.

Des victimes d'Ottawa

Cinq membres de la communauté universitaire d'Ottawa — soit trois étudiants de l'Université d'Ottawa ainsi qu'un étudiant et un ancien étudiant de l'Université Carleton — figurent parmi les victimes de l’écrasement d'avion survenu près de Téhéran.

La porte-parole de l'Université d'Ottawa, Isabelle Mailloux-Pulkinghorn, a confirmé la nouvelle par courriel mercredi midi.

Nous essayons toujours d'évaluer si d'autres étudiants, professeurs ou membres du personnel étaient également à bord de l'avion. D’autres détails suivront, a-t-elle également indiqué.

Mansour Pourjam souriant, tenant un enfant sur ses épaules.

Mansour Pourjam, ancien étudiant en biologie de l'Université Carleton, à Ottawa, était à bord de l'avion Boeing 737 de la compagnie Ukraine International Airlines qui s'est écrasé en Iran le 8 janvier 2019.

Photo : Facebook

De son côté, l’Université Carleton a avisé les membres de sa communauté par courriel qu’un étudiant au doctorat en biologie, Fareed Arasteh, et un diplômé, Mansour Pourjam, ont péri dans l’écrasement d’avion.

Alireza Pey, 48 ans, résident d’Ottawa, est aussi mort dans l’accident.

Son ami Kevin Manesh, directeur des relations publiques de la Société iranienne des arts et de la culture d’Ottawa, a déclaré que M. Pey, qui dirigeait une jeune entreprise de technologie, était à Téhéran pour rendre visite à son père malade.

L'homme pose devant un sapin de Noël.

Alireza Pey, d'Ottawa

Photo : Facebook/Ali Pey

Il était très travaillant, a dit M. Manesh. Son sourire va nous manquer à tous.

Les enfants appelaient souvent Pey Oncle Ali, a raconté M. Manesh. Il était très gentil avec les enfants.

D'autres victimes ontariennes

  • Asghar Dhirani
  • Faraz Falsafi
  • Zahra Hasani
  • Shadi Jamshidi
  • Neda Sadighi
  • Arad Zarei

Des messages de condoléances

La plus grande population iranienne au pays se trouve dans le sud de l'Ontario, avec plus de 97 000 personnes en 2019, selon Statistique Canada.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, a réagi à l'écrasement sur Twitter mercredi matin.

Une terrible nouvelle venant de l'Iran ce matin. Nous attendons d'en savoir plus sur ce qui s'est passé et qui était dans l'avion, écrit Doug Ford.

[Je suis bouleversé] pour les familles et les communautés qui cherchent des réponses concernant leurs proches. Vous êtes dans nos pensées et nos prières ce matin.

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Notre gouvernement et tous les Ontariens et Ontariennes sont unis pour offrir leur soutien à la communauté iranienne de notre province et du Canada en cette période de deuil, a-t-il ajouté, par voie de communiqué.

L'aéroport Pearson de Toronto a aussi tenu à offrir ses condoléances aux proches des victimes sur Twitter. Certains passagers devaient y atterrir.

Nos plus sincères condoléances vont à la famille et aux amis des passagers à bord du vol PS752.

Déclaration de l’aéroport Pearson à Toronto

Au moins une dizaine de passagers avaient comme destination finale Toronto. D'autres se rendaient à Edmonton ou Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !