•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faire un budget pour déjouer l'endettement et la hausse du coût de la vie

Une femme tient dans ses mains un portefeuille vide. Elle porte un pull jaune et un jean. Le portefeuille est en cuir noir.

Un portefeuille vide

Photo : iStock

Laurence Royer

Le début d’année est une période difficile pour plusieurs portefeuilles. L’endettement après les dépenses du temps des Fêtes et l’augmentation du coût de la vie peuvent être une source de stress. Voici des conseils pour vivre avec un budget serré et rembourser ses dettes en 2020.

Dans le temps des Fêtes, de nombreuses personnes s’endettent au point de devoir faire faillite, affirme Marianne Lachance, intervenante en consommation pour le Centre de recherche et d'information en consommation de Port-Cartier, au micro de l'émission Bonjour la Côte.

Selon elle, la première chose qu’il faut faire pour se sortir la tête de l’eau, c’est de faire un budget pour prioriser ses dépenses.

En haut de la liste, il faut mettre les dépenses pour les besoins essentiels comme le logement et la nourriture, suggère Marianne Lachance.

Il faut ensuite rembourser ses dettes, en priorisant celles empruntées avec un taux d’intérêt élevé. Marianne Lachance rappelle qu’il est important de payer au moins le solde minimum demandé et idéalement un peu plus.

On fait un tour de ce qui se passe réellement dans la vie et on fait un plan.

Marianne Lachance, intervenante en consommation pour le Centre de recherche et d'information en consommation de Port-Cartier

Augmentation du coût de la vie

Prévoir ses dépenses dans un budget peut toutefois être compliqué en raison de l’augmentation du coût de la vie, ajoute, de son côté, le coordonnateur de l’Association pour la protection des intérêts des consommateurs de la Côte-Nord, Frédéric Boudreau.

À l'émission Bonjour la Côte, il prévient que le prix de biens essentiels va augmenter en 2020, ce qui risque de déséquilibrer des budgets déjà serrés. Il faut donc, chaque année, revoir ses dépenses et ses revenus.

Certaines hausses de dépenses peuvent être prévues, affirme Frédéric Boudreau. Selon lui, une hausse de 4 à 6 % du prix du panier d’épicerie est notamment à anticiper cette année. Cette augmentation équivaut à environ 490 $ pour une famille de quatre personnes.

De plus, de manière générale, le gouvernement provincial prévoit une inflation d’au moins 2 % à 2,2 % en 2020.

Bonne nouvelle toutefois : Hydro-Québec n’a pas prévu d’augmenter ses tarifs d’électricités en 2020. Il s’agit cependant d’un répit temporaire puisque la société d’État a l’intention de hausser ses prix l’année suivante, ajoute Frédéric Boudreau.

Il faut aussi anticiper les hausses de revenu, comme une augmentation de salaire ou des montants reçus grâce aux politiques gouvernementales, comme une allocation familiale.

L’augmentation salariale au Québec est prévue à 2,9 %, ce qui dépasse l’inflation.

Frédéric Boudreau, coordonnateur de l'Association pour la protection des intérêts des consommateurs de la Côte-Nord

Si ces données permettent d’élaborer un budget qui sera adapté aux réalités de la nouvelle année, d’autres augmentations de dépenses sont imprévisibles. C’est notamment le cas avec le prix de l’essence, note Frédéric Boudreau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Économie