•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« On a agi envers et contre tous », le Dr Réjean Hébert raconte l'après-séisme en Haïti

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Plan rapproché de M. Hébert.

La faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke est la première faculté de médecine du pays à envoyer une équipe médicale en Haïti suite au tremblement de terre en 2010. En entrevue au Téléjournal Estrie, Dr Réjean Hébert se souvient.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Moins d'une semaine après le tremblement de terre en Haïti en 2010, la faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke est la première faculté de médecine du pays à envoyer une équipe médicale sur place. En entrevue au « Téléjournal Estrie », Dr Réjean Hébert se souvient.

Une cellule de crise est mise en place immédiatement après l'annonce du tremblement de terre par le Dr Réjean Hébert, ancien doyen de la Faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke.

On a fait un appel à tous pour recruter des médecins, des infirmières, pour être capable d'envoyer une équipe très rapidement, raconte-t-il.

Quelques jours plus tard, ils arrivent sur place sans le soutien des gouvernements ni de la Croix-Rouge.

On a réservé un vol vers la République Dominicaine, un minibus transportait l'équipe jusqu'en Haïti,  le chauffeur d'autobus a refusé d'aller jusqu'à l'hôpital, il a débarqué l'équipe sur le bord de la rue, raconte l'ancien doyen.

Un pari risqué, un défi logistique de taille pour l'équipe médicale envoyée dans le pays secoué par un séisme d'une magnitude de 7,3 qui a fait près de 225 000 morts et plus de 1,5 million de déplacés.

Ça a été assez rocambolesque pour envoyer cette équipe-là, mais je pense que l'objectif était noble, a confié Réjean Hébert au Téléjournal Estrie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !