•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fameux coyote pris pour un chien a été relâché dans la nature

Un coyote est dans le coin d'une pièce, à côté d'un lapin en peluche.

Le coyote a été remis en liberté un mois après avoir été récupéré par le centre de réhabilitation pour animaux manitobain.

Photo : Wildlife Haven Rehabilitation Centre sur Facebook

Radio-Canada

Le coyote, qu’un homme avait transporté dans son automobile en pensant qu’il s’agissait d’un chien blessé, a été remis en liberté par le centre de réhabilitation pour animaux Wildlife Haven Rehabilitation au Manitoba.

Il y a un mois, Eli Boroditsky avait installé sur le siège arrière de sa voiture un coyote de 15 kg, inconscient, qu’il avait renversé par accident. 

Il l’avait laissé dans son véhicule le temps de décider quoi faire, pensant qu’il s’agissait d’un berger allemand ou d’un husky. 

Plusieurs heures plus tard, c'est en revenant dans sa voiture que M. Boroditsky a constaté que l’animal était éveillé et debout derrière le volant. 

Il a été très surpris quand l’un de ces collègues lui a appris que c’était un coyote et non un chien.

C’est incroyable comment l’animal était docile. Je le flattais.

Une citation de :Eli Boroditsky, qui a renversé un coyote par accident

Bien remis sur ses pattes

Le centre Wildlife Haven Rehabilitation s’est occupé de l’animal pendant un mois. Il n’avait pas d'os cassé, seulement quelques coupures : l’une sur la tête et l’autre sur la patte arrière. 

Un coyote est filmé à partir d'une caméra, dans un enclos fermé.

Pour éviter de causer que l'animal ne subisse du stress dans des interactions humaines, il était observé par des caméras installées dans son enclos.

Photo : Wildlife Haven Rehabilitation Centre

Pendant le processus de rétablissement, l’équipe du centre avait l'oeil sur la bête pour déterminer s’il agissait bien d'un coyote. Elle analysait son comportement, notamment par rapport à son habileté à chasser et à échapper aux dangers dans la nature.

Relâcher l’animal a été un moment gratifiant pour l’équipe et les bénévoles qui ont aidé ce dernier à se remettre sur pied. 

On s’attache rapidement à ses patients, dit Zoé Nakata, la directrice générale du centre Wildlife Haven Rehabilitation.

Après cet incident, le centre rappelle aux Manitobains de ne pas tenter d’aider eux-mêmes des animaux sauvages blessés, mais plutôt d'en informer les agents de conservation de la faune.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !