•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux fois plus de plaintes pour des Parc-O-Bus qui débordent

Le Parc-O-Bus situé à l'intersection du boulevard Pie-XII et du chemin des Quatre-Bourgeois à Québec affiche complet très tôt le matin.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Bouchard

Marie-Pier Bouchard
Mis à jour le 

Le manque de place dans les stationnements incitatifs du Réseau de transport de la Capitale (RTC) provoque toujours beaucoup de mécontentement. En un an, le nombre de plaintes liées aux Parc-O-Bus a plus que doublé, passant de 32 en 2018 à 67 en 2019.

Une situation qui touche particulièrement le Parc-O-Bus Pie-XII dans Sainte-Foy–Sillery–Cap‑Rouge et qui perdure depuis déjà plusieurs années.

Mardi matin, il était à peine 8 h et il affichait déjà complet. Les 100 places de stationnement avaient trouvé preneur.

J’ai été très chanceux, j’ai eu le dernier parking. Si j’avais traîné cinq minutes ou deux minutes, je n’aurais pas eu de place, lance Léopold Tchoumba.

Un homme debout dans un stationnement enneigé.

Léopold Tchoumba stationne sa voiture au Parc-O-Bus Pie-XII et prend ensuite l'autobus pour se rendre au travail.

Photo : Radio-Canada

Arrivé quelques minutes plus tard, Kamel Miladi a eu moins de chance.

Je viens un peu plus tôt d’habitude et là j’ai été un peu retardé, je n’ai pas trouvé de place. Habituellement, il y a de la place avant 7 h 30, raconte-t-il.

M. Miladi parle d’un retard dispendieux qu’il ne peut se permettre trop souvent.

Faute de prendre l’autobus, il doit se rendre au travail avec sa voiture et payer 18 $ de stationnement, ce qui s’ajoute à son laissez-passer d’autobus qui lui coûte déjà 89 $ par mois.

Un homme au volant de son auto.

Arrivé quelques minutes plus tard que d'habitude, Kamel Miladi n'a pas pu utiliser le Parc-O-Bus Pie-XII comme il le fait chaque jour.

Photo : Radio-Canada

Ça coûte cher la journée!

Kamel Miladi

En quelques minutes à peine, nous avons vu plusieurs automobilistes qui ont dû rebrousser chemin. La scène se répète tous les matins, racontent certains usagers.

Dépassé 7 h 30, il n'y a plus de place, affirme Christine Godin.

Situé sur le chemin des Quatre-Bourgeois, la popularité du Parc-O-Bus Pie-XII s’explique notamment par le fait qu’il donne accès aux principaux parcours d’autobus.

Par ailleurs, malgré la présence régulière d’un inspecteur sur place, il y a encore certains automobilistes qui s’y stationnent et se rendent au travail à pied sans utiliser le transport en commun.

Les contrevenants s’exposent à une amende de 75 $ à 500 $ ou risquent même d’être remorqués. Les affiches de la réglementation qui sont bien en vue dans les Parc-O-Bus ne semblent cependant pas les décourager.

Une affiche de stationnement et un autobus derrière.

Les Parc-O-Bus du RTC permettent aux automobilistes de stationner leur voiture gratuitement pour ensuite prendre l'autobus.

Photo : Radio-Canada

Confronté à une situation semblable au Parc-O-Bus d’Estimauville, le RTC a installé, il y a quelques années, une barrière à l’entrée du stationnement. Elle s’ouvre seulement lorsqu’on présente une carte Opus valide, ce qui permet un meilleur contrôle de l’accès.

Ce n'est pas une situation nouvelle, dit le RTC

Par courriel, le RTC se dit conscient de cet engouement. L’organisation affirme d’ailleurs miser sur les Parc-O-Bus dans le déploiement du nouveau réseau de transport structurant.

Il y a présentement 21 Parc-O-Bus à Québec, totalisant un peu plus de 1500 places de stationnement.

Le RTC rappelle que son Plan stratégique 2018-2027 prévoit la construction de sept Parc-O-Bus de plus grande envergure pour un total, à terme, de 6000 places de stationnement.

L’un d’entre eux, le Parc-O-Bus Le Gendre, est déjà en activité. Il compte à lui seul 232 places de stationnement.

Les Parc-O-Bus de la Faune et Sainte-Anne devraient ouvrir dès l’été prochain.

En aménageant des Parc-O-Bus de portée régionale, le RTC vient capter le trafic en amont de la congestion et permettre aux clients de se rabattre rapidement et fréquemment vers les différentes composantes du futur réseau structurant de transport en commun, explique-t-on du côté du RTC.

Est-ce que certains Parc-O-Bus actuels pourraient aussi rester en fonction? Impossible de savoir pour l’instant. Le plan n’est pas encore définitif, répond le RTC.

L’organisation promet qu’une fois le projet complètement terminé, les Parc-O-Bus seront beaucoup plus accessibles.

En attendant, le RTC invite les clients qui auraient de la difficulté à se trouver une place de stationnement dans les Parc-O-Bus à communiquer avec le service à la clientèle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Transport en commun