•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grippe, plus virulente que l'an dernier au Québec

Le reportage de Marie-Eve Cousineau

Photo : iStock / mixetto

Radio-Canada

Selon l'Institut national de santé publique du Québec, la grippe est plus virulente cet hiver que ce qu'on a connu ces deux dernières années. Et tant le virus de type A que celui de type B sont en circulation.

Par rapport aux deux dernières années, l'indice d'activité grippale est relativement élevé en ce moment, selon Hugues Charest, directeur de microbiologie moléculaire à l'INSPQ.

Pour la semaine qui s'est terminée le 4 janvier, soit samedi dernier, l'indice d'activité grippale était de 29,47 %.

Durant la semaine de Noël, cet indice avait atteint 35 %.

À titre de comparaison, l'indice d'activité grippale n'avait pas excédé 30 % durant l'hiver 2018-2019. Et l'année d'avant, il s'élevait à 25 %.

La particularité cette année est que toutes les souches sont là en même temps, explique Hugues Charest.

Habituellement, une souche prédomine : la saison commence avec l'influenza de type A et se poursuit, en février et mars, avec l'influenza de type B.

Mais cette année, l'influenza de type B s'est manifestée dès la fin du mois de novembre, dit le microbiologiste. De plus, les deux sous-types de l'influenza A sont présents, c'est-à-dire H1N1 et H3N2.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS) observe lui aussi que trois souches de virus sont présentes de manière simultanée dans la province.

Hugues Charest, de l'INSPQ, espère que l'activité grippale s'atténuera progressivement et ne se prolongera pas jusqu'à l'été, comme ce pourrait être le cas dans le pire des scénarios.

Pour déterminer l'indice d'activité grippale, quarante laboratoires sentinelles à travers le Québec colligent leurs données.

Le vaccin, efficace ou pas?

Quant au vaccin, on ne connaîtra pas avant la fin janvier son degré d'efficacité. On est en train de récolter les données et on fera les calculs vers la fin janvier, affirme le directeur de microbiologie moléculaire de l'INSPQ.

Ces données destinées à évaluer l'efficacité du vaccin sont recueillies pendant la saison épidémique dans quatre provinces, dont le Québec.

La saison dernière, en 2018-2019, le vaccin contre la grippe a présenté un taux d'efficacité de 72 % au Canada, selon la revue Eurosurveillance.

La campagne de vaccination contre la grippe avait débuté en novembre dernier. Le vaccin est offert jusqu'à la fin janvier à ceux qui souhaitent l'obtenir.

La démarche à suivre pour se faire vacciner varie d’une région à l’autre. Pour plus d'informations, les citoyens sont invités à consulter leur centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) ou leur centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS).

Pour trouver le CISSS ou le CIUSSS de votre région, vous pouvez consulter le site du gouvernement (Nouvelle fenêtre) du Québec.

L'an dernier, une fillette de l'Outaouais est décédée des suites de l'influenza, ce qui a entraîné une augmentation du nombre de vaccinations contre la grippe dans cette région.

Et si on est malade...

Ceux qui sont frappés par la grippe et qui souhaitent consulter peuvent le faire dans l'une des 59 cliniques d'hiver mises sur pied par le MSSS. Ces cliniques prolongent leurs heures d’ouverture ou ajoutent du personnel, notamment en soirée et durant la fin de semaine.

Liste des cliniques d'hiver (Nouvelle fenêtre) dans plusieurs régions de la province sur le site du gouvernement du Québec

La grippe peut avoir des conséquences graves chez les personnes atteintes de maladies chroniques et les personnes âgées de 75 ans et plus.

Avec les informations de Catherine Gauthier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Santé