•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 10 ans, Radio-Canada se mettait à l’heure du séisme en Haïti

    Le 12 janvier 2010, Haïti est dévasté par un violent tremblement de terre. Les victimes sont innombrables. L’électricité et les communications manquent. C’est dans ce contexte chaotique que Radio-Canada suit de près les contrecoups de ce désastre et recueille le plus d’information possible pour la diaspora haïtienne.

    Téléjournal (édition spéciale), 12 janvier 2010

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Le soir de la catastrophe, le Téléjournal animé par Céline Galipeau s’ouvre en édition spéciale consacrée à la situation à Port-au-Prince.

    En studio, la journaliste Maxime Bertrand livre les informations fragmentaires recueillies jusqu’à maintenant.

    Selon les dernières dépêches, la capitale, Port-au-Prince, serait actuellement plongée dans l'obscurité.

    La journaliste Maxime Bertrand

    Les premières images provenant de Port-au-Prince montrent un état de panique généralisé, des citoyens pris sous les décombres et le Palais national, symbole de la capitale, littéralement écroulé.

    Si un édifice comme le Palais national peut s'effondrer ainsi, alors qu'il est extrêmement bien construit, imaginez un peu les maisons que l'on trouve dans les bidonvilles, affirme la journaliste Maxime Bertrand.

    Joint à Haïti, un représentant de Médecins du Monde n’est pas en mesure de faire un rapport plus précis. Les télécommunications sont difficiles et les renseignements arrivent au compte-goutte.

    La radio communautaire CPAM se place d’ailleurs au service des Montréalais d'origine haïtienne qui cherchent à obtenir des nouvelles de leurs proches.

    Tout le monde connaît quelqu’un là-bas, explique un chauffeur de taxi haïtien au journaliste Jean-Sébastien Cloutier.

    Téléjournal (édition spéciale), 13 janvier 2010

    Vingt-quatre heures après le séisme dévastateur, Patrice Roy anime le Téléjournal entouré de membres de la diaspora haïtienne en direct du centre La Perle retrouvée, situé dans le quartier Saint-Michel, à Montréal.

    Comme ressortissant d'origine haïtienne, on n'a pas de mots; on ne sait pas quoi faire, exprime la vice-présidente du Bloc québécois, Vivian Barbot.

    Bien que le Canada ait annoncé son aide, les secours s’organisent très lentement dans ce pays déjà fragilisé par les crises de toutes sortes.

    Les images parlent elles-mêmes. Elles annoncent un terrible bilan, affirme le journaliste Jean Bédard dans son compte rendu. Le désespoir se voit, s’entend dans toute la ville.

    Aux côtés de l’animateur Patrice Roy, le député de Viau Emmanuel Dubourg résume en trois points ce qui lui fait craindre de lourdes pertes humaines et matérielles.

    Un tiers de la population d'Haïti se trouve à Port-au-Prince, un grand nombre d’infrastructures sont de piètre qualité et le tremblement de terre, qui a frappé à seulement quelques kilomètres de la capitale, était de magnitude 7.

    On dit toujours entre nous : ça ne peut pas être pire. Et comme par hasard, c'est pire.

    Vivian Barbot

    Haïti la nuit (radio), nuit du 18 au 19 janvier 2010

    À la radio de Radio-Canada, une émission spéciale, qui s’adresse nommément aux Canadiens d’origine haïtienne, se met en branle sur tout le réseau national dès la nuit du 18 janvier 2010.

    L’émission Haïti la nuit est le fruit d’une collaboration avec la radio communautaire CPAM, qui partage ses ondes pour laisser entendre une tribune téléphonique entrecoupée d’entrevues et de comptes rendus.

    Dans cette première émission animée par Bernard Faucher, le journaliste Jean-Philippe Cipriani rapporte un événement à la fois émotif et bienvenu qui s'est produit à l’aéroport Montréal-Trudeau : le rapatriement de plus en plus soutenu de ressortissants canadiens en provenance d’Haïti.

    Diffusée de minuit à 5 h du matin, l’émission spéciale Haïti la nuit demeurera en ondes jusqu’au 30 janvier 2010.

    Téléjournal, 18 janvier 2010

    Comme le montre cet extrait, c’est aussi à partir du 18 janvier 2010 que Céline Galipeau coanime le Téléjournal à partir de l’ambassade du Canada en Haïti.

    Elle joint ainsi à Haïti les envoyés spéciaux Emmanuelle Latraverse et Jean-François Bélanger, arrivés trois jours plus tôt pour rendre compte de la situation sur le terrain.

    J’ai compris aujourd’hui que tous ces gens qui déambulent dans les rues sont tous en quête de quelque chose : de l’eau, de la nourriture, un proche, du travail... C’est extrêmement difficile pour eux.

    Céline Galipeau

    La journaliste et chef d’antenne restera une semaine à Haïti afin de témoigner sur le terrain de la dévastation qui règne dans le pays depuis le séisme et du courage des Haïtiens malgré des besoins immenses.

    Encore plus de nos archives

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

    Archives

    International