•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gallimard ne vendra plus le journal de l'auteur français Gabriel Matzneff

Un passant devant le stand des éditions Gallimard au Salon international du livre de Paris en 2001 (archives).

Un passant devant le stand des éditions Gallimard au Salon international du livre de Paris en 2001 (archives).

Photo : AFP / JEAN-PIERRE MULLER

Agence France-Presse

L'éditeur français Gallimard a annoncé, mardi, l'arrêt de la commercialisation du journal de l'écrivain Gabriel Matzneff, visé par une enquête pour « viols sur mineur » et mis en cause dans le livre d'une femme racontant sa relation sous emprise avec lui quand elle avait 14 ans.

La souffrance exprimée par Mme Vanessa Springora dans Le consentement fait entendre une parole dont la force justifie cette mesure exceptionnelle, affirme dans un communiqué la prestigieuse maison d'édition qui publiait le journal de Gabriel Matzneff depuis 1990.

Les exemplaires encore présents en librairie du journal de Gabriel Matzneff, dont le dernier volume, L'amante de l'Arsenal, est sorti en novembre, vont ainsi être rappelés.

C'est la première fois que Gallimard prend une telle mesure, a indiqué à l'AFP la maison d'édition.

La décision a été prise alors que l'écrivain de 83 ans est visé depuis vendredi par une enquête pour « viols sur mineur » de moins de 15 ans, ouverte 24 heures après la sortie du livre accusateur de Vanessa Springora, directrice des Éditions Julliard.

Dans Le consentement (Grasset), cette femme de 47 ans raconte comment elle a été séduite par Gabriel Matzneff alors qu'elle n'avait même pas 14 ans (et lui presque 50 ans), ainsi que les blessures laissées par cette histoire sur son existence.

Le livre est posé sur d'autres livres.

Le livre de Vanessa Springora, « Le consentement »

Photo : afp via getty images / MARTIN BUREAU

À 14 ans, on n'est pas censée être attendue par un homme de 50 ans à la sortie de son collège, on n'est pas supposée vivre à l'hôtel avec lui, ni se retrouver dans son lit, sa verge dans la bouche à l'heure du goûter, raconte-t-elle dans cet ouvrage qui s'est installé dans les cinq meilleures positions des ventes physiques et numériques en littérature sur Amazon France.

Le goût de l'écrivain pour les moins de 16 ans et pour le tourisme sexuel avec de jeunes garçons en Asie, qu'il a raconté dans de nombreux ouvrages, a pendant longtemps peu fait ciller le monde littéraire. Il a été distingué en 2013 par le prix Renaudot essai.

En 1990, alors qu'elle se trouvait sur le plateau de l'émission littéraire française Apostrophes en compagnie de l'écrivain, l'autrice québécoise Denise Bombardier avait vivement dénoncé ses penchants pédophiles exprimés sans gêne dans ses livres, affirmant que sa vie avait fait le malheur de centaines d'enfants. Cela lui avait valu de devenir la cible de violentes critiques de la part du milieu littéraire français.

Mais le témoignage de Vanessa Springora semble en train de changer la donne. Avant même sa sortie, le 2 janvier, Le consentement a fait parler de lui dans un contexte de dénonciation des violences sexuelles, marqué notamment par les récentes accusations de l'actrice Adèle Haenel à l'encontre du cinéaste Christophe Ruggia.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Livres

Arts