•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les places en garderie rares à Rouyn-Noranda et à Val-d'Or

Des enfants, par terre écoutent une histoire

Le manque de places dans les garderies francophones de la province engendre de longues listes d'attente.

Photo : iStock

Les places en garderies se font rares à Rouyn-Noranda et à Val-d'Or. Plusieurs mères dont le congé de maternité tire à sa fin s'inquiètent de cette situation, elles qui souhaitent effectuer un retour au travail à la date prévue.

Ludovik pourra peut-être s'amuser plus longtemps avec ses propres jouets. Sa mère, Kim Jubinville, ne parvient pas à trouver une place en garderie pour son poupon.

J'appelle partout où je peux appeler pour trouver une place et personne ne peut le prendre.

Kim Jubinville, mère d'un poupon de 8 mois
Kim Joubainville est assise à terre et son poupon joue avec un camion devant elle.

Kim Jubinville, une mère qui peine à trouver une place en garderie, et son fils Ludovik.

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

Manque de place pour les plus jeunes enfants en particulier

C'est d'autant plus difficile de trouver une place pour les enfants âgés en bas de 18 mois, car celles-ci sont limitées, explique une autre mère dont le congé parental se termine bientôt, Ariane Lemay-Béchard.

Il n'y a pas beaucoup de places pour poupons en région et à Rouyn-Noranda, encore moins, se désole-t-elle.

Ariane Lemay-Béchard envisage même de ne plus travailler à temps complet.

Je pourrais être obligée de travailler à temps partiel ou bien encore de ne plus travailler du tout, on va voir comment la situation va se développer, dit celle dont le conjoint travaille sur des horaires de sept jours.

Kim Jubinville estime cependant qu'il est dans l'intérêt de la société que les femmes comme elle retournent au travail.

Nous payons des taxes, mais là, si je suis ici à la maison, je n'ai pas de revenus et je ne paye pas de taxes. En plus, nous pouvons rendre service à la société. Dans mon cas, je suis infirmière et disons que des infirmières, il n'en pleut pas, lance-t-elle.

Émilise Lessard-Therrien est au fait du dossier

La députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, fait remarquer qu'il est désormais admis que la pénurie de places en garderie constitue un enjeu en Abitibi-Témiscamingue.

La pénurie de places n'était pas reconnue dans le passé, le ministère de la Famille considérait que nous étions en situation d'équilibre, mais au moment où j'ai parlé au ministre où nous avons eu accès aux nouvelles cartes, nous avons vu que le gouvernement reconnaît maintenant que nous sommes en situation de déficit, décrit-elle.

Le ministère de la Famille juge que le déficit est encore plus fort dans la Vallée-de-l'Or.

À Rouyn-Noranda, le taux de couverture des enfants n'ayant pas l'âge de fréquenter l'école oscille entre 85 % et 90 %. Dans la Vallée-de-l'Or, c'est moins de 85 %.

Prochain budget

Le ministre responsable de l'Abitibi-Témiscamingue Pierre Dufour soutient que le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, est conscient de la problématique entourant ces deux secteurs.

M. Dufour ajoute également que son collègue caquiste revendiquera des places pour Rouyn-Noranda et Val-d'Or auprès du ministre des Finances en vue du prochain budget provincial. Rappelons que les différents ministères sont dans le processus budgétaire en ce moment même.

Pierre Dufour soutient qu'il fera lui aussi des représentations afin que des places en garderies soient octroyées à Rouyn-Noranda et à Val-d'Or.

Il y avait eu des places qui avaient été octroyées dans le passé et ces places-là avaient été retournées pour différentes raisons, comme le manque de gens pour occuper les postes pour superviser les garderies. Ça fait en sorte que ces places-là auraient pu être traînées pendant un certain temps et comme on les a un peu laissées aller, il faut refaire le processus et c'est ce processus-là que justement, le ministre de la Famille M. Lacombe fait présentement pour essayer de désengorger la problématique dans les secteurs de Val-d'Or et Rouyn-Noranda, assure M. Dufour.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Services publics