•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'oeuvre d'un artiste de Bellechasse entre les mains de la ministre de la Culture

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
La ministre de la Culture et des Communications Nathalie Roy en compagnie de l'artiste Daniel Bonneau et du député de Chauveau, Sylvain Lévesque.

La ministre de la Culture et des Communications Nathalie Roy en compagnie de l'artiste Daniel Bonneau et du député de Chauveau, Sylvain Lévesque.

Photo : Réjean Savard

Radio-Canada

Daniel Bonneau peint des animaux sur des roches, du bois, des champignons. Il rêverait de voir son imagination exposée dans un musée du Québec. En attendant, le peintre naturaliste de Saint-Anselme sait que les visiteurs du cabinet de la ministre de la Culture pourront admirer une de ses œuvres.

Par l’entremise du député de Chauveau, Sylvain Lévesque, le peintre naturaliste a été en mesure de remettre, le mois dernier, une de ses oeuvres récentes réalisées sur une pierre naturelle à la ministre Nathalie Roy.

Deux roches peintes par l'artiste. Celle de gauche est plus grosse et on y voit une tête d'orignal. L'autre à droite est plus petite, il s'agit d'un oiseau bleu.

La pièce remise à la ministre représente trois animaux peints sur une roche. M. Bonneau a aussi réalisé une roche, celle de droite, sur laquelle on voit un geai bleu.

Photo : Réjean Savard

C'est une tête d'orignal avec un chevreuil et un ours, affirme-t-il fièrement. Ce sont trois espèces de la faune canadienne. Ma pierre est rendue dans le cabinet de la ministre.

L’artiste explique qu’il fait de l'animation sur pierre et que depuis une quarantaine d’années, il s’intéresse aux animaux d’ici. Lorsqu’il regarde une pierre ou du bois, s’il y voit une forme d’animal, il la peint.

Le monde capote. Ils me disent : "je n’ai jamais vu ça". Mais c’est mon travail de montrer des choses que le monde n'a jamais vues.

Daniel Bonneau

Il admet qu’un de ses grands rêves serait de retrouver une de ses œuvres dans un musée.

Avant de mourir, pour m'immortaliser, ajoute-t-il.

Daniel Bonneau avec une chemise beige et ses tatouages exposés sur ses bras est assis dans son atelier et regarde ses oeuvres

Daniel Bonneau peint depuis une quarantaine d'années.

Photo : Radio-Canada / Valérie Cloutier

Son nom dans un magazine européen

Daniel Bonneau estime que l’année 2019 a été enrichissante.

Elle s’est conclue par une rencontre avec la ministre de la Culture et des Communications. Mais il a également eu la chance de voir son nom dans le magazine européen Art & Design.

J'ai une page sur mes œuvres, c'est une reconnaissance, j'étais content de ça, lance-t-il. C'est vu dans différents pays : Dubaï, Chine, Japon, et dans 150 galeries d'art.

L’artiste-peintre souhaite faire sa marque comme étant un ambassadeur de la culture canadienne. 

Une page de magazine sur laquelle ont voit le nom de Daniel Bonneau. Il y est décrit comme artiste autodidacte canadien, peintre naturaliste.

L'artiste est fier de se retrouver dans un magazine à portée internationale.

Photo : Radio-Canada

Moi je prends une roche à l’extérieur et je la fais revivre à l’intérieur, je veux donc montrer qu’on est capable de faire des choses qui sortent de l’ordinaire, souligne M. Bonneau.

Ses œuvres seront présentées au Salon provincial du trappeur et de la fourrure de Lévis à la fin du mois de février.

Avec les informations de Valérie Cloutier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !