•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vente de l’ancien hôtel de ville : 9 mois de plus pour soumettre des offres

L'ancien hôtel de ville de Saint-Boniface.

L'ancien hôtel de ville de Saint-Boniface abrite les locaux de la Maison des artistes visuels francophones, les bureaux de Tourisme Riel et du World Trade Centre Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Megan Goddard

Le Comité permanent sur les propriétés et le développement de la Ville de Winnipeg prolonge de neuf mois la date limite pour déposer une offre en rapport avec la mise en vente de l'ancien hôtel de ville de Saint-Boniface et de l'ancien poste des pompiers.

Les membres du comité ont voté à l'unanimité pour repousser la date limite de dépôt des propositions. L'administration municipale proposait au départ un délai de trois à quatre mois.

Certains organismes de la communauté, comme Héritage Saint-Boniface et Entreprises Riel, demandaient une prolongation d'au moins un an.

Un homme assis dans une salle avec d'autres personnes.

Le directeur d'Entreprises Riel, Norman Gousseau, devant les membres du comité permanent sur les propriétés et le développement de la Ville de Winnipeg.

Photo : Radio-Canada

Selon le président d'Héritage Saint-Boniface, Walter Kleinschmit, la prolongation consentie est cruciale parce qu'elle permet de mieux se préparer.

Ça nous donne le temps d'au moins commencer une discussion sérieuse avec plusieurs intervenants, ce qui est nécessaire pour pouvoir arriver à quelque chose de réalisable et rentable à long terme, dit-il.

D'après lui, le délai de trois mois que proposait la Ville n'était pas réaliste en raison de l'envergure du projet.

Il faut beaucoup de travail et de consultations pour arriver à une proposition sensée qui puisse être rentable à long terme. L'ancien hôtel de ville est trop important pour être donné au premier venu, soutient le président d'Héritage Saint-Boniface.

Walter Kleinschmit veut maintenant discuter des options possibles avec les membres de la communauté.

On veut parler aux organismes qui occupent actuellement le bâtiment et avec le Festival du Voyageur, qui s'intéresse également à ce qui va se passer dans ce carré civique. On veut vraiment rétablir l'intégrité de ce carré pour une planification à long terme, explique-t-il.

Un édifice entouré de neige.

L'ancien poste de police de Saint-Boniface a été vendu en 2012 par la Ville de Winnipeg.

Photo : Radio-Canada

Selon lui, une telle démarche permet d'éviter le même scénario que celui de l'ancien poste de police. Ce bâtiment situé sur le même emplacement a été vendu en 2012 pour 680 000 $ à deux médecins qui voulaient le transformer en clinique, un projet qui n'a pas vu le jour jusqu'à présent. Le local est toujours vide, ce qui n'est pas bien pour la Ville et pour l'édifice, constate M. Kleinschmit.

Une femme qui parle à d'autres personnes dans une salle.

La vice-présidente de la Société de la francophonie manitobaine, Angela Cassie, s'est aussi adressée aux membres du comité municipal.

Photo : Radio-Canada

Une communauté a besoin de plus de temps pour se consulter et être en mesure de soumettre par la suite une proposition , estime pour sa part le directeur général d'Entreprises Riel, Norman Gousseau.

C'est d'autant plus vrai, selon lui, que la communauté a été surprise par la démarche de l'administration municipale dans ce dossier.

En 2007, dit-il, lorsque la Ville a déclaré ces espaces en surplus, il n'y avait eu aucune consultation pour savoir si la communauté était d'accord pour que la Ville vende ces propriétés.

Tout un symbole

Au-delà de leur caractère patrimonial, l'ancien hôtel de ville de Saint-Boniface et l'ancienne caserne des pompiers sont au coeur de la francophonie manitobaine.

Leur mise en vente, en particulier en ce qui concerne l'ancien hôtel de ville, a suscité de nombreuses réactions. Pour le vice-président d'Héritage Saint-Boniface, David Dandeneau, c'est parce que cet édifice revêt une grande importance pour la francophonie.

C'est un symbole pour la survie du français dans la ville de Winnipeg. Je pense que c'est le seul édifice de cette importance qui demeure dans la capitale manitobaine, dit-il.

La photo montre l'édifice de l'hôtel de ville vu d'un coin du jardin de sculptures. On y voit quelques sculptures, de la verdure et des sentiers.

Le jardin de sculptures qui entoure l'ancien hôtel de ville de Saint-Boniface est une initiative de la Maison des artistes visuels.

Photo : Radio-Canada / Marie-Michèle Borduas

Héritage Saint-Boniface et Entreprises Riel souhaitent que l'administration municipale continue de gérer l'ancien hôtel de ville de Saint-Boniface.

Selon David Dandeneau, en préservant l'édifice, la Ville permettra à tous les Winnipégois d'en avoir l'usage.

L'édifice abrite en ce moment les bureaux de la Maison des artistes visuels francophones, de Tourisme Riel et du World Trade Centre Winnipeg. Il est également entouré du Jardin de sculptures.

Le mois dernier, la Fédération métisse du Manitoba (MMF) a clairement démontré son intérêt envers l'édifice. L'organisme voudrait y établir son futur Centre national du patrimoine métis.

Selon la MMF, l'endroit est idéal pour ce genre de projet parce qu'il est situé près du cimetière de la cathédrale de Saint-Boniface, où repose Louis Riel.

Avec des informations d'Amélie David

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !