•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les urgences québécoises toujours surchargées malgré les cliniques d’hiver

Des civières sont alignées dans un corridor.

Une scène à laquelle les Québécois sont habitués en période de grand achalandage dans les urgences des hôpitaux.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

Malgré l’ouverture, au début de décembre, de plus de 55 cliniques d’hiver destinées à désengorger les hôpitaux, la majorité des salles d’urgence du Québec continuent de déborder. Comment se fait-il que ces cliniques n’aient pas eu l'effet escompté?

Pour le Dr Réal Barrette, directeur de la Polyclinique médicale Maisonneuve-Rosemont, à Montréal, les cliniques d’hiver sont une mesure efficace, mais la grippe – qui est particulièrement virulente cette année – met les ressources disponibles à rude épreuve.

La période de décembre au mois de mars, c’est une période de très grand achalandage, rappelle le Dr Barrette.

On est en plein pic d’activité grippale cette semaine et les deux prochaines semaines. Alors je pense que oui, nous sommes efficaces, mais on a une limite, aussi.

Dr Réal Barrette, directeur médical de la Polyclinique médicale Maisonneuve-Rosemont

La consommation de soins à cette période est très, très augmentée, ajoute-t-il.

En dépit de la virulence de la grippe, trop de gens ont également encore le réflexe de se rendre dans les urgences des hôpitaux lorsqu’ils éprouvent des symptômes grippaux, déplore le Dr Barrette.

Il faut que les gens prennent l’habitude d’aller consulter dans les cliniques hivernales, qui sont conçues précisément pour traiter les patients atteints de maladies hivernales, rappelle le directeur de la Polyclinique médicale Maisonneuve-Rosemont.

Pour éviter d'engorger les urgences

Urgence de Hull en hiver.

L'urgence de l'Hôpital de Hull

Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

La première chose à faire lorsque surviennent les symptômes grippaux, rappelle le médecin, est d’attendre pour voir comment évolue la situation avant de consulter.

Il y a beaucoup de gens qui ont un virus tout à fait ordinaire et qui consultent pareil, et qui n’en auraient probablement pas besoin à ce moment-là. Si c’est une grippe qui dure trois ou quatre jours, c’est normal; ça fait partie de la game.

Dr Réal Barrette, directeur médical de la Polyclinique médicale Maisonneuve-Rosemont

Des symptômes de nez qui coule, de mal à la gorge, on ne se sent pas bien durant quelques jours : il n’y a aucun médicament qui va avoir un effet là-dessus, soutient-il.

Dans le cas d'une grippe, il est vrai qu'on retrouve les mêmes symptômes, mais ils s'accompagnent de douleurs musculaires.

Si vous n’avez pas une maladie chronique (diabète, haute tension ou maladie pulmonaire, par exemple), il n’y aura pas grand-chose de plus qu’on peut faire, sinon vous encourager à vous hydrater et à vous reposer.

Consulter dans une clinique d'abord

Si la personne malade ne va pas mieux après quelques jours ou que son état se détériore rapidement, il est temps de consulter dans une clinique.

La première étape est d’aller consulter dans sa propre clinique, si elle est ouverte. Sinon, il y a des cliniques réseau qui sont ouvertes dans toutes les régions du Québec. Et il y a les cliniques hivernales, explique le Dr Barrette.

Il suffit par ailleurs de chercher cliniques hivernales ou clinique d’hiver sur Internet pour obtenir la liste de ces cliniques pour chaque région du Québec.

Des heures étendues et plus de médecins

Une femme dans un bureau de médecin.

Une femme consulte un médecin.

Photo : iStock

Or, les cliniques hivernales ne sont pas nécessairement de nouvelles cliniques. La majeure partie du temps, ce sont des cliniques réseau existantes, où les heures d’ouverture ont été prolongées pour accueillir un plus grand nombre de patients.

Dans ma clinique, par exemple, on a deux médecins de plus qui sont là et qui font habituellement autre chose à l’hôpital. Aujourd’hui, on a ouvert 12 heures de plus, explique le Dr Barrette.

Si vous avez des questions, ou pour savoir si vous devez consulter, appelez le service Info-Santé au 811. Et si vous devez absolument consulter, commencez par vous rendre dans une clinique.

L’urgence [de l’hôpital] a des mandats pour des patients dans des situations plus graves, rappelle le Dr Réal Barrette.

Aller attendre 12 heures dans une urgence pour une grippe : si on ne l’avait pas, on va être sûr de l’attraper.

Dr Réal Barrette, directeur médical de la Polyclinique médicale Maisonneuve-Rosemont

Mises sur pied par la ministre de la Santé, Danielle McCann, la soixantaine de cliniques hivernales de la province, situées dans 6 régions du Québec, sont spécialement conçues pour offrir des services sur une plus grande plage horaire de façon à soigner davantage de patients en cette période de grand achalandage dans les hôpitaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !