•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un site web du gouvernement américain visé par des pirates pro-Iran

Un drapeau iranien conçu à base de chiffres binaires.

Les tensions entre les États-Unis et l’Iran pourraient déclencher une vague de cyberattaques, a annoncé le département de la Sécurité intérieure des États-Unis.

Photo : getty images/istockphoto / Sergio Lacueva

Radio-Canada

Le site web de la Federal Depository Library Program, un portail de documents gouvernementaux américains, affichait la fin de semaine dernière un message pro-Iran et un montage photo où l’on voit le président Donald Trump, la bouche ensanglantée, en train de recevoir un coup de poing au visage.

La page web a été vandalisée par des pirates se présentant comme « le groupe de cybersécurité iranien ». Les autorités américaines n’ont toutefois, pour l’instant, aucune indication que l’attaque a été orchestrée par l’État iranien.

Cette cyberattaque survient après que le puissant général iranien Qassem Soleimani ainsi que le numéro deux d'une milice pro-iranienne en Irak ont été tués dans un raid américain à Bagdad. Ce raid, ordonné par le président Trump, a fait monter d’un cran les tensions déjà vives entre Washington et Téhéran.

Le site web de la Federal Depository Library Program était fonctionnel lundi matin après avoir été inaccessible pour une bonne partie de la fin de semaine.

Avant qu’il soit mis hors ligne, on pouvait lire sur sa page d’accueil différentes menaces, dont la vengeance attend les assassins qui ont sali leurs mains avec [le sang de Qassem Soleimani] et le sang des autres martyrs et ceci n’est qu’une petite partie des cybercapacités de l’Iran.

Cyberguerre

Les tensions entre les États-Unis et l’Iran pourraient déclencher une vague de cyberattaques, selon le département de la Sécurité intérieure des États-Unis (DHS), samedi.

L’Iran dispose d’un robuste cyberprogramme et peut exécuter des cyberattaques contre les États-Unis. Au minimum, l’Iran est capable de mener des attaques ayant temporairement des effets perturbateurs sur les infrastructures critiques des États-Unis.

Un expert en cybersécurité du DHS, Christopher Krebs, a mentionné en entrevue au MIT Technology Review que le gouvernement américain s’attend à ce que le conflit entre les deux pays se joue également dans le monde numérique.

Nous verrons probablement davantage d’espionnage, visant principalement les systèmes gouvernementaux. [...] Nous anticipons également des cyberattaques destructrices et perturbatrices dans le secteur privé, estime Christopher Krebs.

Donald Trump n’écarte pas la possibilité de mener de nouvelles opérations militaires en Iran, et a déclaré lundi sur Twitter qu’il ne laisserait pas le pays se doter de l’arme nucléaire.

Avec les informations de USA Today, Gizmodo, et MIT Technology Review

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cybersécurité

Techno