•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des lacunes dans le programme de prévention des suicides de la GRC

L'écusson de la GRC sur l'épaule d'une agente.

Le rapport invite la GRC a mener de nouvelles études pour comprendre les causes menant au suicide de certains de ses agents.

Photo : Reuters / Shannon VanRaes

Radio-Canada

Le programme pour la prévention des suicides auprès des agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) comporte d’importantes lacunes, selon un rapport interne obtenu par CBC.

Ce rapport a été produit dans la foulée de la mort de l’agent Jean-Pascal Nolin, qui s’est enlevé la vie en mars 2016.

Selon le document, le fait que l’employeur n’a pas développé de stratégie pour surveiller étroitement et adéquatement toute décompensation de la santé mentale de ses employés a contribué à mettre à risque [l’agent] Nolin.

Le rapport, rédigé par l'unité d'enquête sur les situations comportant des risques de la GRC, propose de mener une série de nouvelles études afin de mieux documenter les raisons pouvant mener les agents fédéraux en s’enlever la vie.

Les auteurs soulignent aussi la nécessité de sensibiliser les agents de la GRC à détecter les symptômes de stress post-traumatique.

Il y a 25 membres actifs et retraités de la GRC qui se sont enlevé la vie entre janvier 2014 et décembre dernier.

Si vous ou un de vos proches êtes en détresse, téléphonez au :

1 866 APPELLE (277-3553) au Québec

1 833 456-4566 au Canada

Une autre recommandation est d’améliorer le service de soutien aux agents lorsque l’un de leurs collègues meurt.

Lors de l’enquête sur la mort de l’agent Jean-Pascal Nolin, plusieurs agents interrogés se sont dits « déçus » et ont déclaré « espérer plus » de la part de l’employeur en termes de soutien.

Il y a un écart significatif entre ce qui est considéré comme faire un suivi par le guide de gestion du stress lié aux incidents critiques et ce qui est attendu de la part des membres affectés, notent les auteurs du rapport.

14 nouveaux psychologues

Selon le président du syndicat des agents de la GRC, Brian Sauvé, beaucoup d’améliorations ont été effectuées par l’employeur pour mieux traiter les problèmes de santé mentale depuis 2016.

C’est une organisation massive et ce genre de choses prennent du temps [avant d’être implantées], a-t-il déclaré à la CBC.

Du côté de la GRC, la porte-parole Caroline Duval a indiqué dans un courriel que 14 psychologues seraient embauchés au cours de la prochaine année.

La santé, la sûreté et la résilience de nos agents sont la priorité pour la GRC et sont essentielles pour la sécurité publique, a déclaré Mme Duval.

De plus, le corps de police s’est associé avec l’Université de Regina pour étudier les troubles de stress post-traumatique auprès de cadets.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Forces de l'ordre

Société