•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La route 138 en 2019 : des actions, mais peu de résultats

La route 138

La route 138 est la principale voie d'accès sur la Côte-Nord.

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

La mobilisation pour réclamer le prolongement de la route 138 en Basse-Côte-Nord s'est intensifiée en 2019. Malgré tout, le projet n’avance pas assez vite pour les élus de la région. Retour sur une année mouvementée.

Mobilisation concertée

Dès le mois de mars, une délégation d’élus et de chefs autochtones s'est rendue à Québec pour passer un message clair au gouvernement : le prolongement de la route 138 est une priorité pour tous dans la région.

La délégation s'était aussi rendue à Ottawa à la fin de l'année 2018.

La Côte-Nord fait front commun pour demander des engagements clairs de la part du gouvernement concernant l'avancement du projet, qui est considéré comme essentiel pour le développement de la Côte-Nord.

Les élus font principalement valoir que la Côte-Nord donne beaucoup, mais reçoit peu. C’est notamment l’avis exprimé par la députée péquiste de Duplessis, Lorraine Richard, au mois de mars.

On ne demande pas souvent grand-chose au reste du Québec, mais on leur en donne beaucoup.

Une citation de :Lorraine Richard, députée du Parti québécois dans la circonscription de Duplessis

Les élus souhaitent un échéancier

Les élus de la Côte-Nord veulent notamment un échéancier précis pour l’entièreté des travaux qui devront être réalisés pour prolonger la route 138 jusqu’à Blanc-Sablon.

Est-ce qu’on pourrait avoir un échéancier raisonnable, 5 ans, 10 ans, avec des sommes rattachées au budget chaque année? C’est aussi simple que ça, ajoute Lorraine Richard.

Gros plan sur le visage de Lorraine Richard.

La députée de Duplessis, Lorraine Richard (archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

En avril, le ministre responsable de la région, Jonatan Julien reconnaît toutefois que le gouvernement Legault n'est pas prêt à produire un échéancier.

Il y a plusieurs rivières, il y a plusieurs plans d’eau, c’est très complexe, a-t-il affirmé au mois d'avril. Alors ça serait hasardeux de se donner un échéancier alors qu’on n'a pas bien déterminé le tracé et c’est ça qu’on regarde actuellement.

Du côté du gouvernement fédéral, le soutien financier se fait toujours attendre. En mai, lors d'une visite à Sept-Îles, le premier ministre Justin Trudeau semble ouvrir la porte à la participation financière de son gouvernement au projet, mais demeure vague.

On est en train de travailler avec la province et donc on espère avoir quelque chose de bon à dire dans très bientôt sur la 138.

Une citation de :Justin Trudeau, premier ministre du Canada
Le premier ministre Justin Trudeau parle au micro, devant des travailleurs.

Le premier ministre Justin Trudeau s'est rendu à l'aluminerie Alouette de Sept-Îles en mai dernier.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Assises de l'UMQ : le ministre Champagne interpellé

Toujours au mois de mai, le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, a profité de sa participation aux assises de l'Union des municipalités du Québec pour interpeller le ministre fédéral de l'Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, au sujet du prolongement de la route 138.

Les élus locaux ont l'impression qu'Ottawa et Québec se renvoient la balle dans ce dossier. Ils en ont assez. Réjean Porlier demande au gouvernement provincial de prendre les devants. Selon lui, pour qu'Ottawa décide d'investir dans le prolongement de la route 138, il doit pouvoir constater que le projet est une priorité pour la province.

Le prolongement de la route 138 a également été au cœur des promesses des candidats aux élections fédérales du mois d’octobre.

Québec précise ses intentions

Puis en fin d'année, Québec précise finalement ses intentions. Le ministre des Transports, François Bonnardel, a l’intention de poursuivre la construction des tronçons entre Kegaska et La Romaine et de Tête-à-la-Baleine à La Tabatière. Il ne fournit toutefois pas d’échéancier précis.

J'ai parlé au ministre des Transports de Terre-Neuve pour lui mentionner à quel point la 138 c’est important, a affirmé François Bonnardel au début du mois de décembre. On va parler d'une seule voix devant le fédéral pour prolonger la 138, mais avant toute chose, on doit finaliser l'entente pour les deux premières phases.

La route 138 se termine à Kegaska.

La route 138 se termine à Kegaska.

Photo : Radio-Canada

Le désenclavement, une priorité pour 2020

En 2020, les élus de la région ont la ferme intention de maintenir la pression sur les gouvernements pour obtenir des engagements de leur part.

Il n’est certainement pas question de lever le pied. L’accès au territoire, c’est notre principal outil de développement.

Une citation de :Réjean Porlier, maire de Sept-Îles

La Côte-Nord continuera à multiplier les actions auprès d'Ottawa et de Québec pour garder le désenclavement de la région au programme.

Avec les informations de Nicolas Lachapelle

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !