•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ophiocome rouge, un cousin de l'étoile de mer qui voit sans yeux

Un ophiocome rouge

L'ophiocome rouge a la faculté de faire la différence entre les zones d’ombre et de lumière.

Photo : via reuters / Lauren Sumner-Rooney

Radio-Canada

Un cousin de l'étoile de mer, l’Ophiocoma wendtii, a la faculté de faire la différence entre les zones d’ombre et de lumière bien qu’il ne possède pas d'yeux, a prouvé une équipe de scientifiques.

Les chercheurs ont analysé ses réactions en laboratoire, lorsqu’il était exposé de différentes façons à des bandes de couleurs grises, blanches et noires. Dans chaque situation, l'ophiocome s'est dirigé vers la bande noire.

L'ophiocome rouge, qui réside dans les récifs coralliens des Caraïbes et du golfe du Mexique, est la deuxième créature à laquelle on reconnaît cette capacité, après l’oursin.

L’échinoderme ressemble fortement à une étoile de mer avec ses bras longs et fins, mais en diffère notamment par son disque central rigide et pallie son absence d’yeux par des milliers de cellules sensibles à la lumière, qui sont placées sur tout son corps.

L'importance des chromatophores

Lors de leur étude, les chercheurs ont conclu que le fonctionnement des photorécepteurs de l’ophiocome rouge est lié aux cellules pigmentées qu’il possède - des chromatophores - qui lui permettent de passer d’un brun rougeâtre foncé pendant le jour à la couleur beige pendant la nuit.

Les études en laboratoire ont montré qu’une autre espèce d’ophiocome, l’Ophiocoma pumila, qui possède également des photorécepteurs mais pas de chromatophores, ne réagissait pas aux stimuli qui lui étaient présentés, au contraire d’Ophiocoma wendtii.

Selon les scientifiques, la contraction des chromatophores pendant la nuit aiderait la lumière à atteindre les photorécepteurs de l’ophiocome, alors que pendant le jour, leur relâchement rétrécirait la surface de ses photorécepteurs et leur permettrait d’augmenter les contrastes dans son environnement sablonneux.

Dans son habitat naturel, l'ophiocome rouge tente toujours d'éviter la lumière en restant caché.

Les résultats de cette recherche ont été publiés dans la revue Current Biology.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nature et animaux

Science