•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les urgences de la région débordent

L'urgence de Trois-Rivières

L'urgence de Trois-Rivières

Photo : Radio-Canada / Luc Lavigne

Radio-Canada

Les urgences de la région sont sous pression. La recrudescence de l'influenza et de la pneumonie causent des débordements dans plusieurs hôpitaux. Pratiquement tous les hôpitaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec affichent des taux d'occupation des civières de plus de 100 %.

À certains moments de la journée de vendredi, la situation a été particulièrement critique. Au centre de services Avellin-Dalcourt de Louiseville, le taux d'occupation des civières est monté à 250 % dans la journée du 3 janvier.

Du côté de l’urgence de Trois-Rivières, samedi vers midi, 72 personnes étaient sur civière alors que l'urgence compte 45 lits.

L’hôpital Sainte-Croix de Drummondville doit aussi conjuguer avec une surcharge, avec un taux d'occupation des civières à 150 %.

Prendre rendez-vous au GMF réseau, la superclinique, est une alternative aux urgences pour les cas moins critiques, mais là aussi, les rendez-vous s'envolent en quelques minutes.

La situation inquiète des professionnels de la santé de la région.

Les besoins en disponibilité de main-d'oeuvre vont augmenter, parce qu'on a besoin de plus de personnel dans ces périodes-là, quand ça déborde, entre autres, dans nos urgences. Le ratio est plus grand. Il y aura plus d'heures supplémentaires, possibilité de plus de temps supplémentaire obligatoire, avance la présidente du syndicat des professionnels en soins de la Mauricie et du Centre-du-Québec, Nathalie Perron.

Le débordement des urgences préoccupe aussi le syndicat du personnel para-technique, des services auxiliaires et des métiers affilié à la CSN qui représente 5700 travailleurs en Mauricie et au Centre du Québec.

Chaque jour, on manque de personnel, alors, qu'encore là, on n'a même pas encore la structure complète, même si on était à 100 %, donc imaginez à 162 %. Les salariés sont extrêmement épuisés, souligne Pascal Bastarache, président du Syndicat du personnel para-technique, des services auxiliaires et des métiers affilié à la CSN.

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ), estime que la situation est stable.

Selon l’organisme en santé, c'est une situation vécue chaque année et 2020 n'est pas une année exceptionnelle.

C'est une situation qui demande de la vigie de la part de chacun des intervenants et plusieurs mesures peuvent être déclenchées, selon certains paramètres. Notamment dans deux de nos salles d'urgence, l'établissement va ouvrir des lits supplémentaires une diminution de la pression sur les salles d'urgence, Nathalie Boisvert, directrice des services ambulatoires et des soins critiques CIUSSS MCQ.

Avec les informations d'Anne-Andrée Daneau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Santé publique