•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soleimani : Mike Pompeo reproche aux Européens de ne pas avoir été « utiles »

Des participants à des funérailles à Bagdad.

Des milliers de personnes ont assisté aux funérailles du général iranien Qassem Soleimani, tué par un missile américain à Bagdad.

Photo : Reuters / Wissm Al-Okili

Agence France-Presse

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a reproché aux Européens de ne pas avoir été « aussi utiles » qu'ils auraient dû l'être dans l'affaire du général iranien Qassem Soleiman tué lors d'un raid en Irak.

Dans une entrevue accordée vendredi à la chaîne de télévision Fox News, M. Pompeo a expliqué avoir été en contact téléphonique avec des dirigeants du monde entier pour évoquer avec eux cette attaque qui a provoqué la fureur des Iraniens.

J'ai parlé à nos partenaires dans la région pour leur expliquer ce que nous faisions, pourquoi nous le faisions, et pour leur demander leur assistance. Tous ont été fantastiques, a-t-il dit.

Mais mes discussions avec nos partenaires dans d'autres endroits n'ont pas été aussi bonnes. Franchement, les Européens n'ont pas été aussi utiles que j'aurais espéré qu'ils le soient, a-t-il ajouté.

Selon lui, les Britanniques, les Français, les Allemands, tous doivent comprendre que ce que nous avons fait, ce que les Américains ont fait, a permis également de sauver des vies en Europe.

C'était une bonne chose pour le monde entier et nous appelons chacun dans le monde à soutenir l'action des États-Unis pour faire en sorte que la République islamique d'Iran se comporte simplement comme une nation normale, a poursuivi M. Pompeo.

Washington a assuré que le général Soleimani était en train de préparer des actions violentes visant notamment des Américains.

Homme-clé de l'influence iranienne au Moyen-Orient, il a été tué, ainsi qu'un haut responsable irakien pro-iranien, lors d'une attaque menée par un drone américain près de l'aéroport de Bagdad.

À l'exception notable d'Israël qui a approuvé le raid des Américains, la majorité des dirigeants mondiaux, notamment les Européens, se sont gardés d'apporter un tel soutien.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a appelé l'Iran à éviter une grave crise de prolifération nucléaire, tandis que son homologue britannique, Dominic Raab, a appelé toutes les parties à la désescalade.

L'Allemagne a aussi exprimé sa "grande inquiétude", la porte-parole de la chancellerie Ulrike Demmer appelant à la recherche de solutions "par la voie diplomatique".

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a exhorté "tous les acteurs impliqués et leurs partenaires (...) à faire preuve d'un maximum de retenue".

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International