•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Beauceville : malaise autour de l'installation d'une estacade sur la rivière Chaudière

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
D3D28085-CCEB-454B-8FDB-3C19301790D8

Le reportage de David Rémillard

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

L'installation d'une estacade sur la rivière Chaudière par la Municipalité de Beauceville, malgré l'avis contraire de l'expert responsable du projet, crée un certain malaise, notamment dans la localité voisine de Notre-Dame-des-Pins.

Le maire de Beauceville, François Veilleux, a réuni ses employés municipaux le 23 décembre pour les inviter à construire une estacade sur la rivière Chaudière, dont la crue a causé des dégâts majeurs en Beauce le printemps dernier.

Plus tôt ce jour-là, l'ingénieur Brian Morse, professeur de l'Université Laval mandaté par le gouvernement du Québec pour mener divers projets de recherche afin de lutter contre les inondations, avait pourtant informé le maire que l'installation de l'estacade n'était plus pertinente.

Selon nos sources, l'estacade, un projet pilote, devait être installée avant la formation du couvert de glace sur la rivière pour remplir pleinement sa mission. Or, ce couvert de glace était déjà formé sur plusieurs kilomètres au moment où la structure a été mise en place, le 24 décembre.

Ignorant cet avis, le maire de Beauceville est tout de même allé de l'avant avec sa propre équipe plutôt qu'avec celle de l'Université Laval, qui a développé l'expertise essentielle à la construction d'une telle structure.

Une estacade de sapins permet d'accélérer la formation de glace et minimiser la quantité de frasil, un type de glace particulier qui accentue les risques d'inondation.

Longs délais

Il est à noter que M. Veilleux avait déploré les délais avant d'obtenir plus de détails sur le projet, sans compter ceux pour la livraison du matériel.

Il a affirmé jeudi avoir reçu le dernier câble nécessaire le 20 décembre, ce qui était inévitablement trop tard, la glace s'étant formée quelques jours plus tôt.

François Veilleux en manteau d'hiver, dehors devant une rivière.

François Veilleux, maire de Beauceville

Photo : Radio-Canada

Il s'agit visiblement d'un sujet sensible auprès des autorités compétentes. Joint par Radio-Canada, Brian Morse a refusé de commenter la situation et d'expliquer sa décision du 23 décembre.

Le maire François Veilleux, qui a critiqué le ministère de la Sécurité publique (MSP) jeudi, a préféré ne pas s'étendre davantage vendredi, au lendemain de ses déclarations. Radio-Canada lui a notamment signifié que l'avis était signé par Brian Morse, et non par le Ministère. Il estime toutefois que c'est ce dernier qui est responsable.

M. Veilleux a aussi avancé jeudi que Brian Morse aurait évoqué son malaise d'agir sans l'assentiment de Notre-Dame-des-Pins. Il ne voulait pas avoir de problèmes avec la municipalité voisine, aurait-il dit au maire le 23 décembre.

Invité à réagir, le ministère de la Sécurité publique a enjoint au maire de Beauceville de faire preuve de collaboration. Le MSP encourage la Ville de Beauceville à réaliser l’ensemble du projet pilote avec l’expertise de l’Université Laval et tous les autres partenaires au projet, a affirmé Louise Quintin, porte-parole du Ministère.

Le MSP a injecté 4,62 millions de dollars sur quatre ans pour financer les travaux de l'équipe de Brian Morse pour divers projets partout au Québec. L'installation de deux estacades à Beauceville était estimée à 300 000 $.

Des voisins inquiets

Dans la localité voisine de Notre-Dame-des-Pins, qui se trouve en amont de la rivière Chaudière, la population est préoccupée par l'installation de l'estacade.

La mairesse Lyne Bourque a expliqué à Radio-Canada, vendredi, que son collègue François Veilleux ne l'avait pas informée de l'installation de l'estacade le 24 décembre. Un geste qu'elle qualifie d'un peu cavalier.

La Municipalité de Notre-Dame-des-Pins avait adopté, l'automne dernier, une première résolution s'opposant à son installation. Le 19 décembre, après avoir reçu des documents explicatifs de la part de Brian Morse, la Municipalité avait adouci le ton, adoptant une nouvelle résolution en vue d'obtenir cette fois une rencontre avec l'ingénieur et le MSP.

Mme Bourque ainsi que des citoyens ayant connu des inondations dans le passé veulent avoir l'assurance que l'estacade ne leur causera pas de préjudice le printemps prochain.

La mairesse espère que cette rencontre pourra se tenir en janvier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !