•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'adolescent accusé de meurtre à Laval plaide non coupable

Des voitures de police dans un quartier résidentiel.

Accusé de meurtre non prémédité, un adolescent de 16 ans a plaidé non coupable.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un adolescent de 16 ans s'est dit non coupable, vendredi après-midi, du meurtre non prémédité d'un autre adolescent de 15 ans, survenu mercredi dans un parc de Laval.

La bagarre entre les deux adolescents est survenue mercredi soir vers 20 h au parc Marc-Aurèle-Fortin, dans un secteur résidentiel du quartier Fabreville, dans l'ouest de la ville.

Le suspect avait comparu une première fois par téléphone, jeudi après-midi, avant d'être confié à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ).

Il s'est présenté en Chambre de la jeunesse, au palais de justice de Laval, jeudi, pour répondre à des accusations de meurtre non prémédité, de voies de fait armées et de possession d’une arme dans un dessein dangereux.

Il doit comparaître à nouveau le 9 janvier, alors que sera déterminée la date de son enquête sur remise en liberté.

L'avocat de la défense, Normand Haché, a qualifié la situation de tragédie.

« C’est un conflit qui a dégénéré entre des jeunes qui, autrement, se disaient eux-mêmes les meilleurs amis du monde. À ce stade-ci, on n’a pas mis tous les morceaux ensemble pour comprendre. Et surtout, aucun des parents n’a vu voir venir rien. C’est une tragédie. »

— Une citation de  Normand Haché, avocat de la défense
L'avocat Normand Haché

L'avocat de la défense, Normand Haché

Photo : Radio-Canada

Pour sa part, Marie-Ève Vautier, procureure aux poursuites criminelles et pénales, a expliqué que la peine maximale pour le chef de meurtre au deuxième degré est une peine de sept ans, qui est divisée en quatre ans en centre et trois ans en liberté sous condition.

D'après le Service de police de Laval (SPL), les deux adolescents se connaissaient. Les raisons qui ont mené à l’affrontement entre les deux jeunes sont encore inconnues.

Aucun d’entre eux n'était connu des services policiers.

Le SPL a par ailleurs lancé un appel à la population afin de mettre la main sur des vidéos qui auraient été filmées pendant la bagarre mortelle du 1er janvier, dont certaines circuleraient sur les réseaux sociaux.

La victime et son présumé agresseur fréquentaient tous les deux l'école secondaire Curé-Antoine-Labelle.

Le SPL et la commission scolaire ont prévu des mesures « d’atténuation d’impact » pour le retour en classe, mardi matin.

La jeune victime sera enterrée prochainement à Laval, selon l’Association de la sépulture musulmane au Québec.

Avec les informations de Pascal Robidas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !