•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sécurité des enfants est menacée dans les services à l’enfance, selon un lanceur d'alerte

Un homme à la barbe blanche assis dans un canapé rouge.

Bert Crocker souligne les limites du nouveau modèle de financement de la province qui donne aux agences des services à la famille un montant forfaitaire plutôt qu’un paiement par enfant.

Photo : Radio-Canada / John Einarson/CBC

Radio-Canada

Bert Crocker, ancien employé des Services à l’enfant et à la famille du Manitoba, affirme que la Régie des services à l’enfant et à la famille des Premières Nations du sud (SFNNC) ne gère pas convenablement ses fonds et faillit à sa mission de répondre aux besoins et à la sécurité des enfants.

Il demande à la province de dissoudre le conseil d’administration de cette régie et de nommer un administrateur externe.

M. Crocker a travaillé dans cette Régie des services à l’enfance comme analyste principal des politiques. Il a été licencié par l’organisme au mois de novembre en raison d’une restructuration interne, selon lui.

Pour l’essentiel de ma carrière, j’ai essayé de travailler au sein du système pour apporter des améliorations par le renforcement des capacités, par le lobbying [...] et ces choses semblent ne plus fonctionner , dit-il.

Pour soutenir sa demande, il a soumis un rapport de 12 pages à la ministre des Familles, Heather Stefanson.

Avant d’envoyer ce rapport , M. Crocker est d’abord allé voir l’ombudsman du Manitoba, au début du mois d'octobre, pour lui faire part de ses préoccupations.

Son rapport présente les allégations selon lesquelles un enfant, dont le nom n'a pas été dévoilé, qui était sous la responsabilité des Services à l’enfant et à la famille de Peguis, l’un des 10 organismes membres de la SFNNC, a été rendu précipitamment à la garde de sa mère qui faisait l’objet d’un cas de protection de l’enfance auprès de la Régie des services à l’enfant et à la famille des Métis. Les cas de protection couvrent un large éventail de problèmes, des soins inadéquats et des abus.

La mère, qui recevait du soutien de la Régie des services à l’enfant et à la famille des Métis pour s’occuper de ses autres enfants, aurait autorisé son conjoint à vivre à la maison malgré une ordonnance interdisant tout contact avec elle.

Sans une évaluation appropriée, c’était un placement risqué, souligne M. Crocker.

Ce dernier précise que les Services à l’enfant et à la famille de Peguis n’avaient pas répondu aux questions de la Régie des services à l’enfant et à la famille des Premières Nations du sud concernant l’affaire.

Il fait également remarquer les limites du nouveau modèle de financement de la province, qui donne aux Services à l’enfance et à la famille un montant forfaitaire plutôt qu’un montant par enfant.

Là où les agences se perçoivent comme autonomes et là où il y a une pression supplémentaire du financement à enveloppe unique pour réduire le nombre d’enfants pris en charge par une agence formelle, on saute des étapes, estime-t-il.

D’après lui, la Régie des services à l'enfant et à la famille des Métis était suffisamment préoccupée à ce sujet pour écrire une lettre mentionnant en conclusion que, quelquefois, ce type de situation ne se termine pas bien.

La ministre Stefanson est assise devant deux drapeaux du Manitoba et est habillée de noir.

Heather Stefanson

Photo : Radio-Canada

De son côté, la ministre des Familles, Heather Stefanson, dit ne pas envisager une mise sous tutelle de l’agence.

Elle ajoute qu’elle étudie les allégations contenues dans le rapport : De nombreuses allégations contenues dans le cas du rapport spécial référencé doivent être examinées et examinées plus avant.

Le porte-parole de la Régie des services à l’enfant et à la famille des Métis a déclaré qu’il ne pouvait pas confirmer sa participation ni commenter des questions de protection de l’enfance spécifiques à chaque cas.

L'agence des Services à l’enfant et à la famille de Peguis n’a pas répondu à une demande d’entrevue de CBC. La SFNNC a déclaré qu’elle ne pouvait pas répondre aux questions sur des dossiers confidentiels en vertu de la Loi sur les services à l’enfant et à la famille.

D'après les informations de Joanne Levasseur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Enfance