•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Thunder Bay célèbre ses 50 ans en ouvrant une capsule temporelle

L'archiviste de la Ville, Matt Szybalski, la greffière,Krista Power, le maire de Thunder Bay, Bill Mauro et Elizabeth Dowdeswell regardent le contenu d'une boîte en métal.

Le maire de Thunder Bay, Bill Mauro, tient une lettre écrite en 1995 par l'ancien député fédéral Joe Comuzzi. À sa gauche se tient Elizabeth Dowdeswell, la lieutenante-gouverneure de l'Ontario.

Photo : CBC/Jeff Walters

Radio-Canada

Le maire de Thunder Bay, Bill Mauro, et la lieutenante-gouverneure de l’Ontario, Elizabeth Dowdeswell, ont procédé mercredi à l’ouverture d’une capsule temporelle scellée en 1995, lors du 25e anniversaire de la fusion municipale qui a créé la ville actuelle.

La cérémonie, qui s’est tenue pendant un déjeuner de crêpes, lançait officiellement les célébrations du 50e anniversaire de Thunder Bay.

Des fonctionnaires municipaux ont ouvert la boîte il y a environ une semaine et en ont retiré quelques articles, pour constater qu’ils n'arrivaient pas à tous les remettre dedans.

C’est surprenant, la variété des choses qu’il y a là-dedans, a déclaré Matt Szybalski, l’archiviste de la Ville.Le nombre de choses que les gens de la communauté ont pensé qu’il vaudrait la peine de regarder dans 25 ans. C’est un très bon échantillon.

Parmi les articles placés dans la capsule, on retrouve une photo du conseil municipal de l’époque (en noir et blanc), un programme de la série de spectacles Summer in the Parks, une liste d’entreprises membres de la Chambre de commerce de Thunder Bay et un dossard des Championnats du monde de ski nordique.

Une foule d'objets sur une table.

Une partie du contenu d'une capsule temporelle, scellée en 1995, et rouverte en 2020 dans le cadre des célébrations du 50e anniversaire de Thunder Bay.

Photo : CBC/Jeff Walters

L’élément le plus intrigant, cependant, était une lettre écrite par l'ancien député fédéral de Thunder Bay—Nipigon (renommé Thunder Bay—Supérieur Nord en 1998), Joe Comuzzi.

Dans cette lettre, M. Comuzzi, qui a siégé à Ottawa de 1988 à 2008, posait un certain nombre de questions qu’auraient pu se poser ses électeurs en 1995 au sujet de l’avenir de Thunder Bay et du pays.

Quelques-unes des questions, et les réponses :

  • Est-ce que l’aréna Fort William Gardens est encore debout? (Oui)
  • Est-ce qu'il y a un hôtel au bord du lac Supérieur, avec un restaurant tournant? (Un nouvel hôtel a ouvert ses portes à la marina de Thunder Bay en 2019, mais sans restaurant tournant)
  • Est-ce que Jean Chrétien est encore premier ministre, ou sénateur à l’heure actuelle? (Non)
  • Est-ce que le Québec fait encore partie du Canada? (Oui)
  • Est-ce routes sont maintenant déneigées par un système de rayons lasers? (Non)

Dans sa lettre, M. Comuzzi écrivait aussi que Thunder Bay serait toujours en 2020 la plaque tournante des industries du transport, des forêts et des mines dans le Nord-Ouest de l’Ontario.

La lieutenante-gouverneure, qui était l'invitée d'honneur de l'événement, a déclaré que le 50e anniversaire de Thunder Bay est un bon moment pour jeter un regard sur le passé, mais aussi pour célébrer la façon dont la ville évolue.

Je pense que c’est un moment où des jalons comme celui-ci nous amènent à réfléchir à ce que nous avons fait, au chemin que nous avons parcouru et à réfléchir un peu à la façon dont nous pouvons faire mieux à l’avenir.

Elizabteth Dowdeswell, lieutenante-gouverneure de l'Ontario

La Ville recueillera dans les prochains mois les suggestions d’objets à placer dans une nouvelle capsule temporelle, qui pourrait être ouverte dans 25 ou 50 ans.

Plusieurs autres événements pour célébrer le 50e anniversaire de la Ville sont prévus tout au long de l’année.

Thunder Bay a vu le jour le 1er janvier 1970, à la suite de la fusion des villes de Port Arthur et de Fort William, ainsi que des cantons de Neebing et de McIntyre.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !