•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi l’entreprise la plus lucrative au monde est une pétrolière

 Le logo du géant pétrolier saoudien Aramco

L'entreprise qui engrange le plus de profits au monde – et de loin – n'est pas un géant du web, mais une pétrolière.

Photo : Reuters / Maxim Shemetov

La compagnie pétrolière saoudienne Aramco a engrangé des profits de 111 milliards de dollars l’an dernier, soit plus que ceux d’Apple, Google et Microsoft combinés.

Les autres entreprises se trouvent loin derrière : le résultat net d’Apple se chiffrait à 59,5 milliards de dollars, à peine la moitié de celui d’Aramco. Au troisième rang, la Banque industrielle et commerciale de Chine a encaissé des profits de 45 milliards. Et Samsung se classe quatrième grâce à des profits un peu en deçà de 40 milliards.

Comment une pétrolière peut-elle se classer au premier rang en 2020, alors que de plus en plus de voix s'élèvent dans le monde pour réclamer une diversification énergétique?

Quelques jours après son entrée en bourse en décembre, la société d’État saoudienne a vu sa valeur dépasser les 2000 milliards de dollars. Même les attaques sur les installations d’Aramco en septembre et les risques géopolitiques n'ont pas refroidi les investisseurs.

Deux grandes citernes métalliques sont entourées d'échafaudages et des travailleurs s'activent autour.

Des travailleurs s'affairent à réparer les installations pétrolières d'Aramco à Abkaïk, endommagées par une attaque menée par des drones en septembre 2019.

Photo : Reuters / Hamad Mohammed

Ce calcul dépend en grande partie de l’évaluation financière des réserves de la pétrolière et témoigne clairement de l’appétit des investisseurs, explique le doyen de la Faculté d’administration de l’Université de l’Alberta, Joseph Doucet.

À la différence d’une firme comme Apple ou Samsung, où c’est davantage une prédiction du développement de nouveaux produits et de l’évolution des marchés de la technologie [qui guide les investisseurs], pour Saudi Aramco, c’est vraiment la valeur des actifs pétroliers à développer, affirme-t-il.

Selon l’économiste, il s'agit d’un signe que le pétrole ne disparaîtra pas de sitôt, malgré des efforts mondiaux pour réduire les émissions de gaz à effet de serre ainsi que la consommation de plastique et d’essence.

Nonobstant les préoccupations environnementales, il va y avoir utilisation de pétrole et de produits pétroliers pour un nombre important d’années à venir.

Joseph Doucet, économiste de l’énergie, Université de l’Alberta
Jospeh Doucet, doyen de la Faculté d’administration à l’Université de l’Alberta

Jospeh Doucet, doyen de la Faculté d’administration à l’Université de l’Alberta

Photo : Radio-Canada

On n'est pas à la toute fin de l'ère du pétrole

L’économiste André Plourde, doyen de la Faculté des affaires publiques de l’Université Carleton, en Ontario, abonde dans le même sens.

Il se réfère au dernier rapport Perspectives énergétiques mondiales de l’Agence internationale de l’énergie, qui estime que, même avec un ambitieux virage vers le développement durable, la demande en pétrole ne baissera pas sous la barre des 67 millions de barils avant 2040.

On n'est pas à la toute fin de l'ère du pétrole.

André Plourde, économiste de l’énergie, Université Carleton

M. Plourde souligne que la production d'Aramco est relativement propre comparativement à celle provenant des sables bitumineux canadiens, où extraire le pétrole est beaucoup plus difficile et coûteux.

À peu près 80 % des émissions vont être liées non à la production, mais au raffinage et à l'utilisation du baril de pétrole, affirme l’économiste.

Toute réduction majeure viendrait donc de politiques au sein du royaume saoudien, mais aussi d’importants changements d’habitudes de la part des consommateurs.

André Plourde, devant un micro.

André Plourde, économiste de l'énergie et doyen de la Faculté des affaires publiques de l’Université Carleton

Photo : Faculté des affaires publiques/Université Carleton

Ironiquement, le ralentissement de l’industrie pétrolière à l’échelle mondiale expliquerait en partie la valeur élevée d’Aramco. Même quand le prix du baril de pétrole touche des creux historiques, un producteur à très faible coût peut toujours en tirer profit, explique l’analyste Rory Johnston de la Banque Scotia.

Pour Aramco, produire un baril de pétrole coûte probablement entre 5 $ et 10 $, ajoute Rory Johnston, alors que le coût s’élève à environ 30 $ le baril pour le pétrole des sables bitumineux de l'Alberta.

Face aux mêmes défis que l’industrie albertaine, Aramco serait toutefois mieux placée pour traverser la tempête et pourrait vraisemblablement survivre plus longtemps que ses rivales grâce à ses coûts d’exploitation beaucoup moins élevés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !