•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Immigration : le test des valeurs québécoises entre en vigueur

Une jeune femme étudie et prend des notes face à un ordinateur.

Ce nouveau test québécois est similaire à celui imposé par Ottawa pour l'obtention de la citoyenneté.

Photo : Getty Images / recep-bg

Radio-Canada

Les immigrants sélectionnés par le Québec doivent désormais se soumettre à un examen sur ses valeurs. Le gouvernement Legault a mis en ligne un guide de préparation à l'intention de ceux qui devront passer ce test, qui aborde des sujets comme le fonctionnement des institutions démocratiques québécoises, l'égalité entre les sexes ou la laïcité.

À partir de maintenant, tout ressortissant étranger souhaitant s’établir au Québec de façon permanente devra obtenir une attestation d’apprentissage des valeurs démocratiques et des valeurs québécoises afin d’être sélectionné par le ministère de l’Immigration.

Ce document sera indispensable pour décrocher le Certificat de sélection du Québec (CSQ).

Ce projet d'imposer un test des valeurs avait été critiqué par ceux qui y voyaient une tentative de restreindre le nombre d'immigrants acceptés dans la province. Mais ces craintes ne seraient finalement pas justifiées, selon le président de l'Association québécoise des avocats en droits de l'immigration, Guillaume Cliche-Rivard, qui soutient que le test n'a qu'une valeur symbolique.

Si vous ratez l'examen, vous allez pouvoir le reprendre ou suivre une formation. Alors il n'y a personne qui va perdre ou qui ne sera pas capable d'obtenir sa sélection sur la base du test.

Guillaume Cliche-Rivard, président de l'Association québécoise des avocats en droits de l'immigration

Ce constat est partagé par Patrick Taillon, professeur de droit à l'Université Laval, qui estime qu'il s'agit avant tout d'un exercice de sensibilisation, puisque l'échec ne pourra mener à une expulsion.

En outre, si la démarche du gouvernement lui semble louable, il pense néanmoins reconnaître dans cette nouvelle réglementation une manœuvre politique reposant sur un calcul électoraliste.

On pourrait dire que le gouvernement a surtout cherché à conquérir un électorat inquiet des transformations de la société sous l'effet de l'immigration, et qu’il a voulu faire campagne sur le dos des immigrants.

Patrick Taillon, professeur de droit à l'Université Laval

La réussite de l’évaluation en ligne nécessite 15 bonnes réponses sur un total de 20 questions et pourra être repris trois fois. Un délai minimal de deux semaines devra s’écouler entre chaque essai.

En cas d'échec, ceux qui suivront une formation de 24 heures obtiendront automatiquement la note de passage.

Les personnes qui auront échoué à l’ensemble des essais et qui n’auront pas participé à la session d’information verront leur demande de sélection permanente rejetée. Elles pourront toutefois présenter une nouvelle demande de sélection permanente pour recommencer le processus.

Un guide de préparation

À réception de la convocation, les postulants auront 60 jours pour préparer leur évaluation en ligne à l'aide du Guide pratique des valeurs démocratiques et des valeurs québécoises (Nouvelle fenêtre).

Dans ce document d'une trentaine de pages, les candidats à l’immigration pourront entre autres consulter une introduction aux valeurs exprimées par la Charte des droits et libertés de la personne. Les valeurs québécoises y sont ensuite regroupées autour de cinq clés importantes permettant « de mieux comprendre le Québec », peut-on y lire.

Le guide insiste notamment sur l’importance d’apprendre et de s’exprimer en français ainsi que sur le fonctionnement des institutions démocratiques québécoises et la participation aux élections.

Les trois autres volets traitent des valeurs de laïcité liées à l’histoire de la province, de l'égalité entre les hommes et les femmes ainsi que des droits et responsabilités du citoyen. Des thèmes tels que le respect de la non-violence, la lutte contre la discrimination, la relation avec les nations autochtones, le droit de l'enfant ou encore la liberté d’expression y sont également abordés.

Le jour de l'examen, les questions seront présentées au candidat sous forme d’énoncés, de « vrai ou faux » ou de mises en situation.

Voici quelques questions tirées du guide :

Identifiez la ou les situations où il y a discrimination. Refuser un emploi :

  • À une femme en raison de sa grossesse.
  • À une personne qui n’a pas le diplôme requis.
  • À une personne à cause de son origine ethnique.


Depuis le 27 mars 2019, en vertu de la Loi sur la laïcité de l’État, tout nouveau policier ne peut porter de signes religieux dans l’exercice de ses fonctions.

  • Vrai
  • Faux


Quelle est la langue officielle du Québec?

  • L’anglais
  • L’espagnol
  • Le français
  • Le français et l’anglais

Le principe de ce nouveau test québécois est similaire à celui imposé par Ottawa pour l'obtention de la citoyenneté.

Avec les informations d'Alexandre Touchette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Immigration

Politique