•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À titre préventif, Winnipeg se prépare à une inondation similaire à celle de 2009

Des véhicules roulent dans une rue avec de l'eau à hauteur des portières.

Certaines voies de circulations étaient inondées à proximité de la Route 90 lors des crues saisonnières au printemps 2019.

Photo : Photo fournie à Radio-Canada

Radio-Canada

La Ville de Winnipeg se prépare à une inondation printanière similaire à celle de 2009, la deuxième en importance de l’histoire de la ville, même si aucune prévision n'indique que la rivière Rouge débordera à ce niveau cette année.

La forte humidité du sol et les volumes élevés de la rivière dans tout le bassin de rétention de la rivière Rouge cette année augmentent le potentiel d'inondation printanière en 2020. Par contre, la hauteur de la rivière dépendra davantage des chutes de neige hivernales, de la teneur en humidité de cette neige et de la météo durant la fonte des neiges.

Néanmoins, Winnipeg est sur le point d'embaucher une aide technique extérieure pour inspecter et gérer les digues de sacs de sable pour 290 propriétés, situées à plus basse élévation. La Ville veut s'assurer que celles-ci peuvent suffire si le niveau de la rivière Rouge atteint 6,86 m au-dessus du niveau normal de l'avenue James.

Ce niveau est proche de celui de l'inondation de la rivière Rouge en 2009, qui a culminé à 6,89 m au-dessus de l’avenue James, soit le deuxième plus haut niveau depuis l'achèvement du canal de dérivation de la rivière Rouge en 1968. Seule l'inondation du siècle de 1997 a été plus grave.

Le directeur des communications de Winnipeg, David Driedger, a déclaré qu'en dépit du scénario utilisé, la Ville ne prévoit pas une inondation de 6,86 m cette année. C'est une référence que nous utilisons dans nos scénarios de planification des inondations, a-t-il déclaré dans un communiqué, expliquant qu'une inondation au-dessus de 6,86 m nécessiterait une préparation beaucoup plus avancée.

Facteurs de prévision

Les prévisionnistes des inondations tiennent compte d'un certain nombre de facteurs, notamment l'humidité du sol au moment du gel, les débits des rivières au moment du gel, la hauteur du manteau neigeux au sol, la teneur en humidité de la neige, l'épaisseur du sol qui est gelé lorsque le printemps arrive et, surtout, la météo au printemps.

En 2019, la projection d'une inondation printanière majeure s'est transformée en une inondation mineure, grâce au temps frais et sec du printemps qui a facilité une fonte des neiges progressive et douce.

La province recueille toujours des informations avant de faire sa première projection d'inondation, a déclaré un porte-parole du centre de prévision des inondations.

En contrepartie, aux États-Unis, où la rivière Rouge a une plus petite capacité et le manteau neigeux est plus élevé, les responsables sont déjà inquiets.

Nous envisageons certainement une inondation importante, a déclaré Greg Gust, prévisionniste au Service météo national des États-Unis (U.S.National Weather Service).

Avec les informations d'Erin Brohman

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Conditions météorologiques