•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les machinistes de Swissport en grève dans les aéroports de Montréal

Des personnes brandissent des pancartes à l'extérieur sous la neige.

Des machinistes ont manifesté après le déclenchement de la grève.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

Radio-Canada

La centaine d'employés chargés du ravitaillement des avions aux aéroports Montréal-Trudeau et de Mirabel ont déclenché la grève mardi à 11 h, ce qui pourrait perturber les activités déjà ralenties par la météo. Toutefois, aucun retard n'est encore attribuable au débrayage.

Selon un porte-parole du syndicat représentant les employés, les négociations avec l’entreprise se sont rompues lundi soir, une information confirmée par la responsable des communications de Swissport, Nathalie Bergeron.

Du même souffle, Mme Bergeron a assuré que l’entreprise était prête à assurer la continuité du service et que des cadres feraient le travail habituellement effectué par les syndiqués.

Aéroports de Montréal (ADM) a confirmé par voie de communiqué que les cadres de Swissport Canada maintiendraient ses activités à Dorval et Mirabel. Swissport Fuelling assure avoir les ressources nécessaires pour effectuer le ravitaillement des aéronefs, a indiqué ADM, en invitant toutefois les voyageurs à valider le statut de leur vol avant de se déplacer.

ADM n'a ménagé aucun effort afin de permettre à Swissport de déployer rapidement son plan [...] en donnant notamment l’accès aux zones réglementées aux cadres qui assureront la poursuite des activités de ravitaillement des aéronefs, a aussi affirmé l'organisme.

La sûreté aéroportuaire et le [Service de police de la Ville de Montréal] ont déployé des mesures afin d’assurer la sécurité et la continuité des opérations, est-il ajouté dans le communiqué d'ADM.

La reprise des pourparlers exigée

Répondant à une requête de l’employeur, le Conseil canadien des relations industrielles (CCRI) a rendu une ordonnance rejetant la demande de Swissport, qui voulait que le syndicat suspende la grève. Cependant, le CCRI a aussi ordonné au syndicat de reprendre immédiatement les négociations à partir de l’entente signée entre les deux parties le 21 décembre 2019.

En réaction à l'ordonnance du CCRI, Swissport a écrit dans un communiqué attendre une proposition de rencontre du syndicat. Swissport [...] accueille la conclusion de la vice-présidente Louise Fecteau à l’effet que le syndicat n’a pas rempli son obligation de négocier de bonne foi. Dans sa décision le Conseil ordonne au syndicat de retirer ses dernières demandes transmises à l’employeur le 29 décembre et de reprendre immédiatement les négociations à partir de l’entente intervenue entre les parties le 21 décembre dument signée par le syndicat qui s’était engagé à la recommander. Swissport invite donc le syndicat à respecter l’ordonnance et à proposer une rencontre le plus rapidement possible.

Aucune date n’a encore été fixée pour la reprise des pourparlers.

Notre équipe assure les activités de ravitaillement depuis 11 h ce matin sans aucun délai ni incident, a poursuivi Swissport.

Le président général du district 140 de l’Association internationale des travailleurs et travailleuses de l’aérospatiale, Peter Tsoukalas a pour sa part déploré le fait que Swissport ait mis des efforts à aller devant les tribunaux plutôt que de négocier avec le syndicat. Ce qu’on veut, c’est un contrat de travail qui respecte les travailleurs et qui correspond à leurs responsabilités. C’est décevant de devoir faire la grève pour faire comprendre ça à un employeur. Ce qui leur est demandé par leurs employés de Montréal-Trudeau et de Mirabel, c’est la reconnaissance de leur travail et un meilleur partage des bénéfices de l’entreprise, a soutenu M. Tsoukalas.

Vendredi, les machinistes avaient refusé à 90 % l’entente de principe négociée.

Swissport Canada est le seul fournisseur de carburant des transporteurs aériens aux deux aéroports. L'entreprise établie à Zurich, en Suisse, appartient au conglomérat chinois HNA Group.

Les employés concernés sont une centaine de ravitailleurs d'aéronefs, de répartiteurs, de travailleurs d'entretien d'installations de stockage de carburant et de mécaniciens. Ils sont notamment chargés de ravitailler en carburant jusqu'à 500 aéronefs chaque jour.

D'après leur syndicat, ils estiment que la plus récente offre patronale n'est pas assez généreuse en matière de salaire, d'avantages sociaux, de soins de santé et de soins dentaires. Leur convention collective est échue depuis août dernier.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Relations de travail

Économie