•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les jeux d’évasion volent la vedette à Sherbrooke

Deux personnes tentent de résoudre une énigme

L’entreprise de jeux d’évasion Escaparium propose en moyenne une nouvelle salle tous les six mois.

Photo : Radio-Canada / John Naïs

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La popularité des jeux d’évasion ne se dément pas. Sherbrooke ne fait pas exception à la règle : chez Escaparium, le propriétaire bonifie son offre depuis les trois dernières années et ne compte pas diminuer la cadence.

L’objectif est simple : en une heure top chrono, les équipes de trois à huit participants doivent quitter une pièce parsemée d’énigmes.

Le but est de faire des associations entre les différents éléments du jeu, explique le propriétaire du jeu d’évasion Escaparium à Sherbrooke, Jason Hallée. Il faut progresser d’étape en étape jusqu’à la réalisation du but ultime de la salle : la quitter en 60 minutes.

« C’est de plus en plus rare de trouver des activités qui permettent de décrocher pendant une heure et passer du temps avec des amis, des proches, des collègues. Tout le monde y trouve son compte.  »

— Une citation de  Jason Hallée, propriétaire d’Escaparium

Depuis 2016, la compagnie offre différents jeux d’évasion dans sa succursale située dans l’arrondissement Rock Forest. Vu la popularité grandissante de l'activité, une deuxième branche a également ouvert au centre-ville l’année dernière.

Au départ on voulait modifier les salles de Rock Forest au rythme des saisons pour attirer les gens qui ont déjà fait nos salles, mais comme on a vu le succès de ce qu’on avait à Rock Forest on a décidé d’ouvrir une deuxième succursale au centre-ville, ajoute Jason Hallée.  

Deux personnes tentent de résoudre une énigme.

Certains participants viennent de loin pour essayer de nouveaux jeux d’évasion.

Photo : Radio-Canada / John Naïs

Le propriétaire estime recevoir 200 groupes dans ses deux établissements chaque fin de semaine. Maintenant c’est rendu très rare de rencontrer des groupes qui n’ont jamais joué [à des jeux d’évasion], c’est bon signe, se réjouit-il.

Les amateurs auront encore de quoi se mettre sous la dent. Jason Hallée compte ouvrir au moins trois nouvelles salles, chacune avec un budget d’environ 50 000 $, au cours des prochaines années. Le défi : faire sa marque parmi un bassin grandissant de jeux d’évasions.

Ça devient de plus en plus difficile de trouver des situations uniques ou des énigmes qu’on n’a pas vues ailleurs, confie Jason Hallée. Non seulement on ouvre une salle tous les six mois, mais il y a des salles qui ouvrent partout au Québec [...] l’important c’est de se démarquer et de toujours se renouveler.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !