•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bateau de pêcheurs autochtones vandalisé et coulé au Cap-Breton

Une grue repêche un bateau coulé dont le toit sort de l'eau.

Le bateau a été repêché et examiné par la GRC, Pêches et Océans Canada et la Garde côtière.

Photo : Sceven Bernard

Radio-Canada

Un bateau de pêche a été vandalisé et coulé ces derniers jours au Cap-Breton, affirme un pêcheur de homard de la Première Nation d’Eskasoni, en Nouvelle-Écosse. La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a ouvert une enquête.

Sceven Bernard dit avoir, avec d’autres membres d’équipage, trouvé le bateau de pêche April and Brothers dix mètres sous l’eau dans le canal St. Peter's, le 26 décembre.

Le dessus d'un bateau coulé émerge de l'eau et est attaché à une grue qui va le repêcher.

Le bateau a été repêché et examiné par la GRC, Pêches et Océans Canada et la Garde côtière.

Photo : Sceven Bernard

Le bateau, qui appartient au capitaine Ashton Bernard, avait été observé amarré le soir de Noël. Les autorités croient que le méfait a été commis dans la nuit du 25 au 26 décembre.

Le bateau a été repêché le lendemain. La GRC, la Garde côtière canadienne et le ministère des Pêches et des Océans ont été dépêchés sur les lieux, indique Sceven Bernard.

Deux trous ronds dans la coque orange d'un bateau.

Sceven Bernard a fourni cette photo de trous dans la coque du bateau. Il ignore leur provenance.

Photo : Sceven Bernard

M. Bernard affirme avoir observé quatre trous dans la coque du April and Brothers. Le pêcheur mi'kmaw dit que certains de ses cordages de pêche ont été sectionnés ou dénoués.

La GRC demande aux membres du public de communiquer aux enquêteurs tout renseignement au sujet de cet incident.

Dans les Maritimes, des bateaux de pêche appartenant à des Autochtones ont été à l’occasion vandalisés, coulés ou incendiés dans les dernières années. 

Le jugement Marshall de la Cour suprême du Canada a reconnu en 1999 le droit des Autochtones de « se procurer les biens nécessaires » grâce à la pêche, la chasse et la cueillette.

La Cour suprême n’avait cependant pas clairement défini ce que représente au juste ce revenu modeste. Elle considérait que les activités des Premières Nations n’avaient pas pour but l’accumulation de richesses, mais plutôt l’acquisition de denrées de subsistance.

Des dirigeants des Premières Nations font partie de ceux qui ont réclamé une clarification de cette notion imprécise de « revenu modeste ».

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Nouvelle-Écosse

Industrie des pêches