•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment braver l’hiver un pas de course à la fois

Jessica Hoskins pose, accroupie à côté de son chien, sur un sentier, un soir d'hiver. Les deux portent des bandes lumineuses.

Peu importe la température, Jessica Hoskins préfère courir à l'extérieur et emmène généralement son chien Charlie.

Photo : Radio-Canada / Jamie Malbeuf

Radio-Canada

Avec l’arrivée des grands froids de l’hiver, il peut être tentant de remiser ses espadrilles pour quelques mois ou de troquer le tapis de neige pour un tapis de caoutchouc. L’entraîneuse d’un groupe de coureurs hivernaux de Fort McMurray propose toutefois quelques moyens de prendre l’air tout en restant au chaud.

« C’est beaucoup plus stimulant que de courir à l’intérieur », lance d’entrée de jeu Jessica Hoskins, la responsable du groupe Friday Night Lights.

« Après quelques kilomètres, on ne se rend plus compte qu’il fait -20oC. C’est en fait plus agréable de courir l’hiver que l’été, parce qu’on ne surchauffe pas. »

Bien s’équiper

L’essentiel, pour ne pas geler, c’est d’adopter la méthode des « pelures d’oignon », explique Mme Hoskins.

Elle recommande l’utilisation d’une camisole, d’une veste et d’un chandail à manches longues. Pour les journées plus froides, elle prône l’ajout de manches d’appoint et d’un coupe-vent.

La coureuse suggère également de recourir à des gants légers, plutôt qu’à des gants plus chauds, afin d’éviter que les mains suent au point de geler.

Pour les chaussures, Mme Hoskins propose les espadrilles tout-terrain, auxquelles il est possible d’ajouter des crampons lorsqu’il faut courir sur une surface potentiellement glacée.

Elle recommande aussi de porter des bas chauds destinés à la course sur sentiers et d’un bandeau, pour éviter que la tête surchauffe.

Quant aux jambes, un pantalon de course suffit aux journées plus clémentes et il est possible d’y ajouter un sous-vêtement chaud et un pantalon coupe-vent.

Enfin, pour protéger le visage, Jessica Hoskins suggère d’utiliser un cache-cou ou, comme certains le proposent, de se frictionner le visage à la gelée de pétrole. Lorsque le vent se fait mordant, elle recommande de porter des lunettes de ski.

Elle invite en outre les coureurs hivernaux à apporter un sac contenant des vêtements de rechange, des chauffe-mains chimiques et une couverture.

Des objets répandus sur le sol.

Outre les vêtements de rechange, le sac de Jessica Hoskins contient une bonbonne de gaz poivre et une lampe frontale.

Photo : Radio-Canada / Jamie Malbeuf

Quelques trucs et astuces

À ceux qui souhaitent ainsi faire un pied de nez à l’hiver, Mme Hoskins fait également quelques recommandations :

  • commencer en douceur, sur un petit circuit de leur quartier;
  • rentrer à la maison et se changer dès la fin de la course pour éviter que la sueur gèle;
  • ne pas s’arrêter ou trop ralentir, pour éviter de geler lorsque le rythme cardiaque ralentit;
  • garder son téléphone collé à son corps pour éviter de drainer la pile ou qu’il gèle;
  • prévenir quelqu’un de l’itinéraire, de l’heure du départ et de l’heure prévue du retour.

Avec les informations de Jamie Malbeuf

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !