•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gabriel Matzneff dénonce des « attaques injustes et excessives »

Dans un message écrit au quotidien français Le Parisien, Gabriel Matzneff – aujourd'hui âgé de 83 ans – dénonce « des attaques injustes et excessives » et évoque même « la beauté de l'amour que nous vécûmes, Vanessa et moi ».

Portait de Gabriel Matzneff  qui porte un costume et une chevalière au doigt.

L'écrivain français Gabriel Matzneff en 2015.

Photo : paris match via getty images / FOUQUE Patrick

Maud Cucchi

Si les réactions à l'ouvrage de Vanessa Springora se sont succédé ces derniers jours, l'auteur Gabriel Matzneff était jusqu'à présent resté silencieux. Sa première réaction, livrée au journal Le Parisien par l'entremise de quelques messages textes, n'a pas tardé à être rapportée par la presse française.

Il y dénonce des « attaques injustes et excessives » à son encontre et va jusqu'à défendre la beauté de sa relation avec Vanessa Springora.

La beauté de l'amour que nous vécûmes, Vanessa et moi.

Gabriel Matzneff

L'écrivain octogénaire rapporte aussi au quotidien français être souffrant et ne pas se trouver actuellement en France.

Gabriel Matzneff affirme que la parution prochaine du livre de Vanessa Springora le chagrine énormément, soulignant ne pas être en mesure de le lire à sa sortie. Plus tard peut-être, le lirai-je. Mais pas maintenant, ce qu'on m'en a dit me fait tant de peine, je n'en ai pas la force, a-t-il déclaré au journal Le Parisien.

L’écrivain n’avait pas accordé d’entrevue avant cela. Il avait cependant fait parvenir cette déclaration à L’Obs : Apprendre que le livre que Vanessa a décidé d’écrire de mon vivant n’est nullement le récit de nos lumineuses et brûlantes amours, mais un ouvrage hostile, méchant, dénigrant, destiné à me nuire, un triste mixte de réquisitoire de procureur et de diagnostic concocté dans le cabinet d’un psychanalyste, provoque en moi une tristesse qui me suffoque.

Au cœur d'un scandale

Gabriel Matzneff, qui défraie les chroniques depuis peu, est au cœur d'un scandale à l'occasion de la sortie du livre Le consentement écrit par Vanessa Springora.

Dans cet ouvrage, elle y raconte sa relation – sous emprise avec l’écrivain primé – alors qu'elle avait 14 ans et lui presque 50. Elle explique entre autres comment elle a été séduite par l'homme et à quel point cette histoire a pesé lourdement dans sa vie, elle qui a connu plusieurs dépressions.

L'écrivain octogénaire, dont la pédophilie est assumée à travers ses ouvrages, a longtemps été accompagné d'une indulgence manifeste du monde littéraire. Cette attirance pour les jeunes personnes âgées de 10 à 16 ans – que l'on retrouve dans son ouvrage Les moins de seize ans – va jusqu'à constituer le thème central de ses livres.

Il va même jusqu'à faire valoir ses penchants pour les jeunes filles et garçons à l’émission française Apostrophes en 1990, animée par Bernard Pivot. Sur le plateau, seule la romancière québécoise Denise Bombardier avait dénoncé l'écrivain, le comparant à ces vieux messieurs qui attirent les enfants avec des bonbons. Elle avait alors qualifié Gabriel Matzneff d'homme pitoyable, ajoutant que la littérature ne peut pas servir d'alibi.

Bernard Pivot est alors revenu sur cet événement sur Twitter : Dans les années 70 et 80, la littérature passait avant la morale; aujourd’hui, la morale passe avant la littérature. Moralement, c’est un progrès. Nous sommes plus ou moins les produits intellectuels et moraux d’un pays et, surtout, d’une époque.

« L’aura littéraire n’est pas une garantie d’impunité »

Le ministre français de la Culture, Franck Riester, a quant à lui apporté « son soutien à toutes les victimes » de l'écrivain, ajoutant que « l’aura littéraire n’est pas une garantie d’impunité ».

Portrait du ministre Franck Riester.

Le ministre de la Culture français Franck Riester apporte « son entier soutien à toutes les victimes qui ont le courage de briser le silence », a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Photo : The Associated Press / Michel Euler

Le ministre a également demandé l'ouverture d'une enquête concernant les allocations versées par le Centre national des lettres (CNL) à l’écrivain.

Le CNL verse à certains écrivains une allocation pour compenser les difficultés financières liées au grand âge ou à la maladie. Gabriel Matzneff en est bénéficiaire. J’ai demandé au CNL de me fournir toutes les précisions sur cette situation. Je prendrai mes responsabilités, affirme le ministre.

Dans le sillage de l'affaire Weinstein et du mouvement #MeToo, ce nouveau témoignage rencontre un écho important.

L'ouvrage ne passe pas inaperçu : il sortira en France le 2 janvier alors même que le pays se trouve en pleine vague de dénonciation des violences sexuelles, après la plainte de l'actrice Adèle Haenel à l'encontre du cinéaste Christophe Ruggia et la nouvelle accusation de viol visant le réalisateur Roman Polanski.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Inconduite sexuelle

International