•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Changement de tarifs et nouveaux règlements : ce que 2020 apporte de neuf

Plusieurs changements affecteront les finances de nombreux Québécois.

Photo : iStock / Muralinath

Radio-Canada
Mis à jour le 

Avec la nouvelle année entrent en vigueur de nouvelles règles et de nouveaux tarifs qui toucheront de près bien des Québécois.

Cannabis : nouvel âge limite au Québec et arrivée des produits comestibles

Il faut désormais avoir 21 ans pour acheter du cannabis à la Société québécoise du cannabis (SQDC) ou pour en avoir en sa possession sur le territoire québécois.

Quand le fédéral a légalisé la consommation des produits du cannabis au Canada, il a déterminé que l’âge légal pour en consommer était de 18 ans. Toutefois, le gouvernement de François Legault a choisi d'opter pour des règles plus sévères.

La période tampon de 60 jours prévue pour permettre aux clients de s’adapter au changement à la loi a pris fin le 31 décembre 2019.

Un client de la SQDC tient du cannabis dans sa main.

Un client de la SQDC montre ses achats.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Savoie-Soullières

C’est aussi à compter de mercredi que les clients de la SQDC peuvent se procurer en ligne des produits du cannabis comestibles, de même que des extraits. Ceux-ci sont légaux au Canada depuis la mi-décembre.

Certains de ces produits seront aussi vendus en succursale, mais seulement le 2 janvier ou après, puisque les points de vente sont fermés le jour de l’An. La SQDC souligne toutefois qu’il est possible qu’aucun produit ne soit offert immédiatement, puisque leur arrivée dépend de la capacité de l’industrie à s’adapter aux règlements et à fournir rapidement lesdits produits en quantité suffisante.

L’offre de ces nouveaux produits à la SQDC sera progressive. Au début, on trouvera essentiellement des thés et des boissons. D’autres produits dont la vente est autorisée au Québec, comme l’huile pour cuisiner et le haschich, s’ajouteront d’ici le printemps.

Produits non autorisés au Québec

À noter que, contrairement à ailleurs au pays, les friandises, les confiseries, les desserts, le chocolat et tout autre produit comestible jugé attrayant pour les personnes de moins de 21 ans sont interdits. L’interdiction peut viser autant un produit sucré que salé. De plus, bien que les produits topiques de cannabis soient autorisés à l’échelle fédérale, la réglementation provinciale en interdit la vente.

Micropuces et stérilisation de vos amis à quatre pattes

Tous les propriétaires de chats et de chiens à Montréal et à Laval – qui devaient déjà avoir un permis pour leur compagnon – doivent désormais s'assurer qu'ils sont équipés d’une micropuce, un code unique à 15 chiffres qui permet d’identifier un animal.

Le prix à débourser pour équiper l'animal d'une micropuce est d'environ 70 $ dans une clinique vétérinaire, ou 45 $ à la SPCA de Montréal, voire un prix encore moins élevé dans les cliniques de micropuçage organisées par certaines municipalités.

Le micropuçage est fiable, durable et indolore pour l’animal. De plus, la micropuce ne se perd pas et reste sous la peau de l'animal toute sa vie.

Elle permet de retrouver en quelques minutes le propriétaire d'une bête perdue. Les vétérinaires ont accès aux données du dossier de l'animal instantanément, évitant ainsi de surcharger les refuges et de procéder à des euthanasies évitables.

Aussi, les chats, les chiens et les lapins de tous les arrondissements de Montréal doivent obligatoirement être stérilisés à compter du 1er janvier 2020.

La stérilisation aide à lutter contre la surpopulation et prévient aussi de nombreuses euthanasies. À Laval, la stérilisation des chats et des chiens est obligatoire depuis 2018.

Chiens dangereux : un règlement très attendu

C’est le 1er mars 2020 qu’entrera en vigueur le Règlement d'application de la Loi sur l'encadrement des chiens, qui stipule entre autres qu'une morsure infligée par un chien potentiellement dangereux devra être signalée. Des chiens qui auront mordu ou attaqué une personne et qui auront causé sa mort – ou qui lui auront infligé une blessure grave – pourront faire l’objet de mesures, voire être euthanasiés. Adopté en décembre 2019, le règlement établit les pouvoirs des municipalités à l'égard des chiens ou de leur propriétaire ou gardien. Les municipalités qui le souhaitent pourront même adopter des règlements plus sévères.

Finis les tours de calèche à Montréal

En 2020, les calèches ne rouleront plus dans les rues de la métropole québécoise. Le règlement municipal destiné à interdire les calèches sur son territoire, qui avait été adopté en juin 2018, est en vigueur depuis le 30 décembre 2019.

Un propriétaire de calèches, qui réclamait une injonction interlocutoire provisoire pour empêcher la Ville d’aller de l’avant avec l’interdiction, a été débouté quelques jours avant Noël.

Mesures gouvernementales

Une calculatrice et un crayon sont sur un formulaire de déclaration de revenus.

Au fédéral, la première tranche de revenu non imposable augmente d'environ 1000 $ comparativement à l'an passé.

Photo : Radio-Canada

En 2020, les parents québécois paieront 8,35 $ par jour pour faire garder leurs petits en milieu subventionné. C’est la fin de la modulation des tarifs en fonction du revenu des parents, qui faisait en sorte que ces derniers ne savaient qu’au moment de soumettre leur déclaration de revenus le montant qu’ils avaient à payer pour les services de garde.

Il avait été annoncé en novembre que les parents ne paieraient désormais que la contribution de base, qui était alors de 8,25 $ par jour. Or, celle-ci vient d'être haussée de 10 ¢.

Les familles qui n’ont pas trouvé de place en garderie subventionnée ne peuvent pas bénéficier de ce tarif unique.

De plus, à compter de mercredi, plus de 679 000 familles – selon les estimations du gouvernement – voient leur allocation famille passer de 1735 $ à un maximum de 2515 $ par enfant, soit une hausse de 779 $ par année. De plus, le montant des prestations est dorénavant le même pour tous les enfants d'une famille.

Par ailleurs, la première tranche de revenu non imposable au fédéral passera de 12 298 $ à 13 229 $ en 2020.

Au Québec, le montant personnel de base pour les crédits d’impôt passera de 15 269 $ à 15 532 $.

Hausse du salaire minimum

Le salaire minimum passera à 13,10 $ l'heure au Québec à compter du 1er mai. Le taux horaire minimum des salariés à pourboire est quant à lui bonifié de 0,40 $, passant à 10,45 $.

Selon le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité, Jean Boulet, 409 100 salariés vont bénéficier de cette augmentation-là le 1er mai 2020, dont 235 700 femmes.

Plafonnement attendu par les visiteurs des hôpitaux

À noter aussi que les frais de stationnement dans les hôpitaux québécois plafonneront à 10 $ par jour au printemps 2020.

Tarifs d'Hydro-Québec

Il y aura un gel des tarifs d'électricité au Québec le 1er avril 2020. Les quatre prochaines années, par contre, ils augmenteront de 2 % ou plus, au rythme de l'inflation.

En outre, les clients d’Hydro-Québec recevront au cours de l'année une remise sur leur facture, proportionnelle à la quantité d'électricité consommée par chacun d'eux entre le 1er janvier 2018 et le 31 décembre 2019. La société d'État estime que les clients résidentiels recevront en moyenne 60 $; les clients de la catégorie affaires petite puissance, 155 $; et les clients de la catégorie affaires moyenne puissance, 3800 $.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Consommation

Société