•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’incendie de pneus est éteint à Minto, au Nouveau-Brunswick

Épaisse fumée noire s'échappant d'un incendie de pneus.

À son apogée le 21 décembre, il se dégageait un panache de fumée visible à environ 50 kilomètres.

Photo : CBC / Gary Moore

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L’incendie de pneus qui faisait rage depuis une semaine à Minto, au Nouveau-Brunswick, a été éteint samedi, mais des avertissements concernant la qualité de l’air et de l’eau demeurent en vigueur dans la petite municipalité.

Le feu s’était déclaré sur le terrain de Tire Recycling Atlantic Canada Corporation (TRACC) dans la nuit du 20 au 21 décembre. Après avoir arrosé le bâtiment de l’entreprise la première journée, les pompiers ont changé de stratégie le lendemain, puis ont déversé sur les pneus d’importantes quantités de sable pour étouffer les flammes.

Le dernier déchargement de sable a été effectué vers 22 h vendredi soir, a mentionné samedi le porte-parole de l’Organisation des mesures d’urgence (OMU) du Nouveau-Brunswick, Geoffrey Downey.

Environ deux hectares sont maintenant couverts de sable, estime M. Downey.

Vue aérienne de l'incendie de pneus.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'incendie de pneus à Minto le 26 décembre 2019.

Photo : Organisation des mesures d'urgence, Nouveau-Brunswick

Sous cette couverture de sable, une chaleur intense continue de se dégager. Le feu est éteint, mais les pneus sont toujours brûlants, souligne M. Downey. Un drone muni d'une caméra thermique a été utilisé pour prendre des images des lieux.

De la machinerie lourde et un chargement supplémentaire de sable ont été laissés sur place pour être en mesure de réagir à toute résurgence des flammes.

Les avis concernant la qualité de l’air et de l’eau dans les environs resteront en vigueur au moins jusqu’à ce que les autorités reçoivent les résultats de plus récentes analyses, a précisé samedi le porte-parole de l’Organisation des mesures d’urgence. Les responsables du ministère de l’Environnement ont déjà prélevé des échantillons à cette fin.

Un pompier près d'une clôture et d'une grande quantité de fumée produite par un incendie de pneus.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'incendie de pneus à Minto le 21 décembre 2019.

Photo : Courtoisie de Tammy Best

La cause de l’incendie demeure inconnue, mais fait l’objet d’une enquête.

Des équipes de 21 services d’incendie étaient au travail dans les 36 premières heures suivant le début du brasier. Cela représentait environ 130 pompiers, avait mentionné vendredi Michael Lewis, le prévôt des incendies du Nouveau-Brunswick.

Selon le site Internet de l’entreprise, TRACC recycle environ un million de pneus par an à Minto. On ignore pour l’instant quelle quantité de pneus a brûlé ces derniers jours. TRACC emploie une cinquantaine de personnes dans cette municipalité d'environ 2300 habitants.

Avec les informations de La Presse canadienne et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !