•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Andrew Weaver prêt à passer le flambeau sans regret

Andrew Weaver sourit en tenant un verre. En arrière-plan, des décorations au mur et la banquette d'un pub.

Le chef du Parti vert de la Colombie-Britannique se dit fier de ses accomplissements à la tête du parti.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Radio-Canada

« Je crois, franchement, que 8 ans en politique, c'est long et je suis heureux de passer à autre chose », clame Andrew Weaver, le chef du Parti vert de Colombie-Britannique, qui quitte officiellement son poste en janvier 2020.

C’est dans un pub populaire de sa circonscription d’Oak Bay, dans l’île de Vancouver, qu’Andrew Weaver accorde ses entrevues de fin d’année.

Le leader du Parti vert de Colombie-Britannique quittera officiellement son poste à la tête le 6 janvier, 4 ans après en avoir pris les rennes.

Deux hommes d'âge mûr en complet-cravate, se serrent la main et sourient.

Le chef du Parti vert, Andrew Weaver (à gauche), et le chef du Nouveau Parti démocratique, John Horgan (à droite).

Photo : Radio-Canada

Il aura été réélu dans sa circonscription d’Oak-Bay-Gordon Head le 9 mai 2017, lors d'élections générales ayant permis à son parti de remporter un nombre record de sièges et de votes.

Depuis, une entente entre le Parti vert et le Nouveau Parti démocratique permet à John Horgan de se maintenir au pouvoir.

Malgré ces accomplissements, le leader affirme que cela ne lui manquera pas.

J’ai toujours considéré la politique comme un devoir civique et non comme une carrière.

Andrew Weaver, chef sortant du Parti vert de Colombie-Britannique

J’ai réussi à faire adopter trois projets de loi d'initiative parlementaire! Les trois premiers projets de loi d’un membre de l’opposition à être adoptés en Colombie-Britannique, à ma connaissance, précise fièrement Andrew Weaver.

Projets de Loi proposés par le Parti vert adoptés :

Positions environnementales

Aperçu de la construction du barrage du site C.

La construction du barrage hydroélectrique du site C a débuté en 2015, le long de la rivière de la Paix.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Le Parti vert s’est toujours opposé officiellement au projet de barrage hydroélectrique du site C et au développement d’une industrie du gaz naturel en Colombie-Britannique.

Malgré ces positions, les deux projets sont allés de l’avant sans que le Parti d’Andrew Weaver, avec lequel les néo-démocrates ont conclu une alliance qui leur permet de gouverner, ne menace de défaire le gouvernement.

Je crois que le projet de GNL va disparaître de lui-même, si on en croit la tendance mondiale du désintéressement à la ressource, explique Andrew Weaver.

Le Parti vert, davantage que l’environnement, selon le chef

La population associe le Parti vert aux initiatives environnementales et c’est vrai, mais c’est plus que ça, clame le leader.

Les verts ont trois priorités : le développement social, l'environnement et la fiscalité durable.

Andrew Weaver, chef sortant du Parti vert de Colombie-Britannique

Avenir de la relation du Parti vert et du NPD

Andrew Weaver demeurera en poste comme député jusqu’aux prochaines élections, mais c’est Adam Olsen qui sera le chef intérimaire du Parti vert en attendant qu’un leader permanent soit choisi en juin 2020.

Andrew Weaver ne veut pas soutenir de candidature ni s’avancer sur l’avenir de la relation du Parti vert avec les néo-démocrates.

Je suis capable de tourner la page sur le passé, mais je ne suis pas responsable de l’avenir.

Andrew Weaver, chef sortant du Parti vert de Colombie-Britannique

Avec les informations de Justin McElroy et d’Anita Bathe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !