•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démarrage sans tambour ni trompette de la deuxième turbine de SM-3

Radio-Canada

Très discrètement à la mi-décembre, Hydro-Québec a mis en service la deuxième turbine du complexe hydroélectrique de la centrale SM-3 qui, toutefois, ne fonctionnera à pleine capacité que l'an prochain.

Alors qu'Hydro-Québec avait annoncé la mise en service de la deuxième turbine en janvier seulement, la société d'État a procédé à la mise en service de la deuxième turbine de la centrale SM-3, le 10 décembre dernier.

Après de nombreux problèmes et reports, Hydro a préféré jouer la carte de la prudence. Avec l'ajout de ce deuxième groupe de turbine-alternateur de la centrale Sainte-Marguerite 3 (SM-3) située au nord de Sept-Îles, Hydro-Québec se dit prête à mieux faire face aux périodes de pointe hivernale.

Toutefois, ce deuxième groupe, tout comme le premier qui a été activé en août dernier, ne produit qu'aux deux tiers de sa capacité, soit 300 mégawatts. Il faudra attendre encore au moins un an avant que la centrale SM-3 puisse produire à plein régime.

La société d'État dispose donc pour le moment de 600 mégawatts, sur les 880 prévus, pour faire face aux fortes demandes hivernales. « Les deux groupes de la centrale SM-3 sont synchronisés au réseau et livrent donc de l'électricité. C'est une centrale de pointe », fait valoir la porte-parole de la société d'État, Christine Martin.

Travaux à venir

Pour que la centrale SM-3 fonctionne à pleine capacité, le fabricant, General Electric, devra construire deux nouvelles turbines, mieux adaptées et plus robustes que celles qui ont été endommagées lors de tests en avril dernier. « Vous aviez des problèmes, des fissures dans les roues, dans la roue du deuxième groupe qui avaient été détectées, des fissures majeures », rappelle Christine Martin.

Quelques ajustements devront aussi être apportés aux alternateurs, dont un qui avait été abîmé en janvier 2003. Hydro-Québec prévoit au moins un an pour ces travaux, dont les coûts, non dévoilés, seront entièrement assumés par General Electric.

La centrale SM-3, construite au coût de 2,5 milliards de dollars, devait initialement entrer en service en 2001.