•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un marché de l'immobilier stable à Vancouver en 2019

Une enseigne qui dit « For Sale » (à vendre) devant une maison unifamiliale de Vancouver.

Le marché a ralenti, mais il n'est pas pour autant abordable, disent les experts.

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le marché de l'habitation de Vancouver a été stable en 2019, mais il est encore trop tôt pour prévoir ce qu’il en sera en 2020, selon les experts.

La frénésie entourant le marché de l'immobilier a pris une pause, observe Tom Davidoff, qui est professeur agrégé à la Sauder School of Business de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC). L'augmentation des prix des condos a ralenti, note-t-il.

Grâce à une multitude de mesures fiscales et antispéculations mises en place et à une offre constante sur le marché, les prix de tous les types de logements se sont stabilisés en 2019, et de légères baisses ont été observées.

Nous nous sommes retrouvés dans une situation assez équilibrée.

Tom Davidoff, professeur à l'UBC

On peut observer le calme relatif du marché immobilier en regardant le prix de vente moyen des maisons individuelles, des maisons en rangée et des appartements dans la région supervisée par le Real Estate Board of Greater Vancouver.

Auparavant, les propriétés de luxe étaient rapidement échangées, provoquant de grandes fluctuations de prix. Mais en 2019, la valeur moyenne des propriétés de tout type n'a jamais fluctué de plus de 17 % par rapport à l'année précédente, une première depuis 2014.

Trop tôt pour prévoir la situation en 2020

Il est difficile de savoir si 2020 connaîtra un marché immobilier aussi stable qu'en 2019. Les ajustements sur les nouveaux impôts, les préoccupations liées à la guerre commerciale, les taux d'intérêt toujours bas et l'effet des nouvelles règles hypothécaires sont des facteurs qui pourraient avoir une influence sur le marché.

Un paysage de tours à Vancouver et de grues présentes pour des travaux de construction.

Les débats autour de l'effet des impôts sur la spéculation étant réglée de manière générale, les discussions se font désormais au sujet des logements locatifs et abordables, selon des experts.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

On peut s'attendre à des débats concernant le logement dans la région métropolitaine de Vancouver l'année prochaine. Quelques municipalités, dont Port Moody, White Rock et le district de North Vancouver, envisagent de modifier leurs Plans communautaires officiels (OCP).

Dans ces communautés, les maires ont été élus après avoir promis de ralentir la croissance immobilière. Les nouveaux plans communautaires permettront de mettre de l'avant de nouvelles réglementations, notamment concernant la hauteur et la forme de nouveaux bâtiments dans les centres-villes.

Bien que le marché de l'habitation ait ralenti, les prix ne sont pas vraiment abordables. Les prix des maisons dans la région métropolitaine de Vancouver sont toujours parmi les plus élevés en Amérique du Nord, et la Société canadienne d'hypothèques et de logement prévoit que le taux d'inoccupation dans la région augmentera jusqu'à 1,1 % en 2019 contre 1,0 % en 2018.

[La situation à Vancouver] n'est pas devenue abordable magiquement, mais la situation est moins mauvaise qu'elle ne l'était, fait valoir M. Davidoff.

Avec les informations de Justin McElroy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !