•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Russie mettra son gazoduc Nord Stream 2 en service malgré les sanctions

Une grue déplace des tuyaux du gazoduc Nord Stream 2.

Des morceaux du gazoduc Nord Stream 2 arrivent dans le port de Mukran, en Allemagne, en juin 2019.

Photo : Getty Images / Axel Schmidt

Agence France-Presse

En dépit des sanctions américaines contre les entreprises associées à sa construction, le gazoduc russe Nord Stream 2 sera mis en service avant la fin 2020, a assuré vendredi le ministre russe de l'Énergie, Alexandre Novak.

Le président américain Donald Trump a promulgué, la semaine dernière, une loi imposant des sanctions aux entreprises associées à la construction des pipelines gaziers russes Nord Stream 2 et TurkStream, estimant que ces ouvrages vont accroître la dépendance des Européens au gaz russe et ainsi renforcer l'influence de Moscou.

Ces sanctions ont été condamnées par l'Allemagne, le principal bénéficiaire de Nord Stream 2, comme par l'Union européenne, qui dénoncent une ingérence américaine dans les affaires européennes.

Quasiment achevé, Nord Stream 2 doit permettre de doubler les livraisons directes de gaz naturel russe vers l'Europe occidentale, en passant sous la mer Baltique pour arriver en Allemagne.

Une entreprise suspend sa participation

Première conséquence des sanctions, l'entreprise suisse Allseas, chargée de poser les conduites, a d'ores et déjà annoncé qu'elle suspendait sa participation au projet en attendant des clarifications.

Selon M. Novak, la Russie pourrait utiliser un navire poseur de canalisations russe — l'Akademik Tcherski — pour terminer la construction du gazoduc.

Des préparatifs supplémentaires sont cependant nécessaires pour utiliser cette option et prendront un certain temps, a-t-il précisé.

Selon une source au sein du ministère russe de l'Énergie, un équipement nécessaire devrait notamment, dans ce cas, être installé sur le navire.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déjà affirmé cette semaine que la Russie avait certaines capacités pour achever le projet dans un avenir pas trop éloigné.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International