•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le centre de recyclage de pneus de Minto brûle depuis bientôt une semaine

Fumée sur le site où s'activent des pompiers.

Les autorités estiment avoir déversé environ 2300 chargements de sable sur les pneus pour étouffer les flammes.

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Cela fait une semaine qu'un incendie fait rage dans un centre de recyclage de pneus usagés à Minto, au Nouveau-Brunswick.

Les flammes consument les pneus entreposés sur les terrains de l'entreprise Tire Recycling Atlantic Canada Corporation (TRACC) depuis la nuit du 20 au 21 décembre.

Le prévôt des incendies du Nouveau-Brunswick, Micheal Lewis, a affirmé vendredi après-midi que les pneus qui brûlent devraient être complètement recouverts se sable dans les prochaines 24 heures.

Vue aérienne de l'incendie de pneus.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'incendie de pneus à Minto le 26 décembre 2019.

Photo : Organisation des mesures d'urgence, Nouveau-Brunswick

Après avoir arrosé le bâtiment de l’entreprise la première journée, les pompiers ont changé de stratégie le lendemain, et ont entrepris de déverser sur les pneus des quantités importantes de sable pour éteindre le feu.

Ce sont environ 3000 allers et retours, jour et nuit, qui ont été effectués depuis, a relaté M. Lewis.

Des équipes de 21 services d’incendie étaient au travail dans les 36 premières heures suivant le début de l’incendie. Cela représentait environ 130 pompiers, indique Michael Lewis. Depuis, de quatre à six pompiers sont sur les lieux en tout temps, précise-t-il.

Un homme vêtu d'un équipement de pompier parle aux journalistes avec un grand feu derrière lui.

Michael Lewis, prévôt des incendies du Nouveau-Brunswick, le 22 décembre 2019 à Minto.

Photo : CBC / Gary Moore

Ce sont tous des pompiers volontaires, et plusieurs ont évidemment travaillé à combattre l’incendie la nuit et le jour de Noël.

Le prévôt des incendies tient à remercier la communauté. « Le soutien et le support qu’on a eu dès le début, avec la nourriture et tout ça, c’est vraiment bien. Toute la communauté est vraiment patiente, on veut la remercier », dit Michael Lewis.

La quantité et la densité de la fumée continuent de baisser dans le secteur, mais les avis de mauvaise qualité de l'air et de l'eau restent en vigueur.

Les citoyens reliés au système d'alimentation du parc industriel ont dû cesser de consommer leur eau lundi dernier.

Quant aux propriétaires dont la résidence est alimentée par un puits, les autorités leur conseillent d'être attentifs à tout changement de couleur ou d'odeur de l'eau.

Épaisse fumée noire s'échappant d'un incendie de pneus.

L'incendie dégageait au début un immense panache de fumée.

Photo : CBC / Gary Moore

Personne n’a été évacué. On ne rapporte aucune hospitalisation. 

Des analyses sur la qualité de l’air et de l’eau sont attendues.

Une enquête sur la cause de l’incendie est en cours.

À son apogée, il se dégageait des locaux de l'entreprise TRACC un panache de fumée visible à environ 50 kilomètres, depuis Fredericton.

Avec des renseignements de Rose St-Pierre

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !