•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une soixantaine de migrants secourus dans la Manche

Un bateau pneumatique de migrants rescapés

Ils sont nombreux à risquer leur vie en mer pour atteindre le Royaume-Uni, terre d'exil et d'espoir.

Photo : Reuters / Murad Sezer

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les gardes-côtes et gardes-frontières britanniques ont porté secours jeudi à 49 migrants qui tentaient de franchir la Manche à bord de petites embarcations, rapportent plusieurs médias britanniques.

De leur côté, les autorités françaises ont secouru tôt jeudi matin un groupe de 14 migrants en difficulté au large de Boulogne-sur-Mer, dans le nord de la France.

L'alerte a été reçue peu après 4 h du matin par le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage) du cap Gris-Nez.

Les 14 passagers, dont certains étaient en hypothermie, ont été ramenés au port de Boulogne-sur-Mer et pris en charge par le service d'aide médicale urgente (Service mobile d'urgence et de réanimation) et la police aux frontières, précise la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord dans un communiqué.

Traversées clandestines au péril de sa vie

Les incidents de ce type sont nombreux dans la Manche, que des migrants parvenus en France s'efforcent de traverser pour gagner le Royaume-Uni.

Début décembre, quelque 148 personnes, dont des femmes et des enfants, ont ainsi été interceptées à bord d'embarcations par les autorités britanniques.

La cinquantaine de migrants secourus jeudi venaient d'Afghanistan, d'Iran et d'Irak, précise la British Broadcasting Corporation.

Les autorités françaises n'ont donné aucune information sur l'origine des passagers secourus au large de Boulogne-sur-Mer.

La Manche est l'une des zones maritimes les plus fréquentées au monde et les conditions météorologiques y sont souvent difficiles. On y observe chaque année en moyenne 120 jours de vent supérieur ou égal à force 7, rappelle la préfecture maritime de la Manche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !